Des solutions émergent pour améliorer la sécurité aux abords du Collège du Mont-Sainte-Anne, où la direction et des parents s’inquiètent pour la sécurité des élèves.

Sécurité près du Mont-Sainte-Anne : des solutions émergent

Des solutions émergent pour améliorer la sécurité aux abords du Collège du Mont-Sainte-Anne, où la direction et des parents s’inquiètent pour la sécurité des élèves.

La directrice de l’établissement privé, Nathalie Marceau, s’est présentée au conseil de l’arrondissement no 4, cette semaine, afin d’exposer la situation.

Rappelons que le Collège du Mont-Sainte-Anne et des parents de l’établissement réclament un trottoir entre l’institution et l’Université de Sherbrooke, un trajet qu’effectuent plusieurs élèves pour se rendre au terminal d’autobus sur le campus de l’UdeS. Un parent a lancé une pétition afin que la Ville de Sherbrooke rende le secteur plus sécuritaire. Plus de 600 noms ont été amassés.

Le collège organise une navette pour les élèves qui se rendent au terminus d’autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS) à 8 h 35 et à 15 h 50 sur le campus de l’UdeS, mais en dehors de ces périodes, les élèves doivent marcher pour s’y rendre.

La pétition réclame également la diminution de la limite de vitesse de même que l’aménagement d’un sentier sécuritaire et déneigé.

Un sentier entre le Collège et le campus de l’UdeS existe, mais il n’est pas déneigé en hiver.

Nathalie Marceau note que l’établissement a l’appui du conseiller municipal Paul Gingues dans ce dossier.

« On va travailler sur tous les fronts »

L’une des options sur la table est de définir un projet avec l’Université de Sherbrooke, qui n’a pas encore été approchée par le collège et le conseiller municipal. La Ville, l’UdeS et le Collège pourraient-ils assumer les coûts de déneigement, par exemple? Le possible partenariat avec l’établissement universitaire reste à définir. La construction d’un trottoir fait partie des 63 km de trottoirs identifiés comme étant nécessaires sur le territoire sherbrookois.

Or, le tronçon entre le Mont-Sainte-Anne et l’UdeS figure au 56e rang sur un total de 124 tronçons identifiés. Le classement est basé selon différents critères, dont le nombre de piétons, leur vulnérabilité et la sécurité aux abords du tronçon étudié. En fonction notamment des « disponibilités budgétaires », la Ville réussit « à construire un peu plus de 2 km de nouveaux trottoirs par année », soit entre 6 et 8 annuellement.

Revoir le pointage du futur trottoir est soulevé comme option, mais on ne peut pas penser à une solution à court terme. « Il n’y a pas beaucoup de résidences dans les alentours; ça fait mal au pointage », explique le conseiller municipal Paul Gingues. Ce dernier veut aussi faire des démarches pour voir s’il serait possible d’abaisser la limite de vitesse devant le collège. L’institution est située sur le chemin Sainte-Catherine et elle se trouve dans une zone de 70 km/h, alors que la vitesse passe à 50 km/h aux abords de l’UdeS.

« On va travailler sur tous les fronts », note Mme Marceau, qui se montrait encouragée par les pistes de solutions avancées.