Pierre-Luc Dusseault, député néo-démocrate de Sherbrooke, s’en prend au gouvernement de Justin Trudeau en réaction au déraillement survenu en fin de semaine à Nantes, près de Lac-Mégantic.

Sécurité ferroviaire : Ottawa doit donner des dents à Transports Canada

Le gouvernement fédéral doit donner des dents à Transports Canada et faire respecter ses propres lois par les entreprises ferroviaires.

Pierre-Luc Dusseault, député néo-démocrate de Sherbrooke, s’en prend au gouvernement de Justin Trudeau en réaction au déraillement survenu en fin de semaine à Nantes, près de Lac-Mégantic.

À LIRE AUSSI: Un déraillement qui aurait pu avoir de grandes conséquences

« Malheureusement, ça ravive de douloureux souvenirs pour tout le monde et surtout les gens de la région de Lac-Mégantic », lance le député.

« Cet événement confirme les appréhensions que nous et ces gens avions. »

Rappelons que le déraillement est survenu à un passage à niveau de la route 161 à l’entrée de Lac-Mégantic, samedi matin vers 9 h, sur le territoire de Nantes. 

L’événement s’est produit quelques jours après qu’on apprenait que le nombre de rails défectueux signalé par véhicule à ultrasons a plus que doublé depuis 2015 sur la voie ferrée entre Farnham et Lac-Mégantic. On en dénombrait 115 en 2015 alors que ce nombre était passé à 253 en 2018. 

Il s’agit d’une augmentation de 110 %, selon un document officiel de Transports Canada transmis à la Central Maine and Quebec Railway Canada (CMQR) en mai dernier.

M. Dusseault ne le souhaite évidemment pas, mais il se demande s’il faudra qu’une autre tragédie survienne pour qu’on agisse véritablement.

« Quand on mentionne le nombre de défectuosités signalés par Transports Canada, le gouvernement nous dit que ça fonctionne, car on est capable d’en repérer », se désole le député en entrevue avec La Tribune.

Le député de Sherbrooke Pierre-Luc Dusseault.

« Depuis la tragédie de Lac-Mégantic, on se rend compte que c’est du pareil au même. Transports Canada n’a pas de dent pour faire respecter les lois. Le gouvernement se traine les pieds et n’est pas capable de faire respecter les recommandations de Transports Canada. C’était écrit dans le ciel que ça allait arriver. Les gens réclament de l’action avec raison. »

Pierre-Luc Dusseault et le député Robert Aubin (Trois-Rivières), porte-parole en matière de Transports, ainsi que les candidates Sylvie Jetté (Brome-Missisquoi) et Raymonde Plamondon (Shefford), signent une lettre ouverte réagissant aux statistiques alarmantes sur les défectuosités décelées sur le tronçon estrien de la voie ferrée de CMQR. 

On y fait remarquer que pour toutes les municipalités traversées par cette voie ferrée, les inquiétudes sont palpables. On souligne aussi que l’augmentation « du trafic ferroviaire est exponentielle et le transport des matières dangereuses suit cette croissance ».

Le gouvernement fédéral privilégie « l’autoréglementation des entreprises et l’approche basée sur le risque en matière de sécurité ferroviaire », mais « elle ne porte pas ses fruits », dénonce-t-on.

Lire la lettre de Pierre-Luc Dusseault dans la section Opinions