La famille Jaafar a participé au Défi têtes rasées organisé par les pompiers de la Ville de Magog. Sur la photo, on peut apecevoir Wadie Jaafar, Mohamed, Emna Ben Farah, Lilia, Yasmine et Nesrine.

Sauver des vies, une tête rasée à la fois

MEMPHRÉMAGOG - Quelques mois après sa deuxième greffe osseuse, le petit Mohamed était tout souriant au Défi têtes rasées des pompiers de Magog. La famille Jaafar est un exemple de résilience remarquable lorsque vient temps de faire face à cette maladie.

Rappelons que Mohamed, âgé de trois ans, a reçu le diagnostic de leucémie aiguë en 2017. Après une première greffe, le jeune homme a fait une rechute et la maladie est revenue à 77 pour cent. Pour la famille Jaafar, leur vie venait de basculer à nouveau. 

En décembre 2018, un regain d’espoir survient avec la possibilité pour Mohamed de recevoir des soins au Children Hospital à Philadelphie. Ce qui a sauvé le garçon ? Les soins avancés de cet hôpital. Il s’agissait en fait d’une greffe à partir de ses propres moelles osseuses. 

Depuis, malgré quelques petites faiblesses, Mohamed se porte très bien. Il doit toutefois retourner à Philadelphie aux deux mois et, une fois par mois, il se rend au CHU Sainte-Justine pour ses globules blancs. 

D’ici 2020, il retournera probablement même au CPE, annonce son père, Wadie Jaafar. 

Celui-ci souligne par ailleurs l’importance de garder la tête haute dans ces désolantes situations. 

« La leucémie, ça peut faire peur à un parent et surtout après une rechute. Il y a une peur cachée à l’intérieur de nous, mais on est capable de vaincre cette peur. Il ne faut pas penser négativement, il faut prendre la vie une journée à la fois. Je le rappelle, il faut faire confiance à la médecine, on est très avancé au Canada et aux États-Unis. »

Le père de quatre enfants est très reconnaissant de toute l’aide que ses voisins, ses connaissances et Leucan ont offerte à Mohamed et sa famille. La famille n’a d’ailleurs pas manqué l’occasion de participer aux festivités du Défi têtes rasées des pompiers de Magog. M. Jaafar affirme qu’il continuera à s’engager auprès de Leucan tant qu’il le pourra. 

« Lorsque Mohamed va bien, les parents vont bien », dit-il le sourire aux lèvres. 

Un événement réussi

Depuis trois ans, les pompiers de la Ville de Magog s’associent avec Leucan pour organiser cet événement d’envergure. Rien de moins qu’un bar à bonbons, des jeux gonflables, des maquillages et une vente de hot dog pour aider les enfants malades. Sans oublier le défi têtes rasées auquel plusieurs pompiers ont participé.  

Ève Mathieu, chargée de projet pour Leucan rappelle que les fonds amassés sont primordiaux puisque, grâce à la recherche clinique, le taux de survie à passer de 15 pour cent à 82 pour cent. Elle précise toutefois qu’il faut continuer à faire des collectes de fonds. « On n’est pas encore à 100 pour cent ! »

Samedi, une dizaine de pompiers se sont fait raser la tête dont le directeur du Service de sécurité incendie de la Ville de Magog et président d’honneur de l’événement, Sylvain Arteau. 

« S’impliquer avec Leucan, ça fait partie de notre mission de sauver des vies, tout simplement. Si on peut avoir un impact, on va le faire. En 34 ans de services, j’ai aidé les gens dans les feux et sur la route, mais si je peux le faire sous forme de prévention, je n’hésite pas. Un enfant, ça ne devrait pas être malade », souligne-t-il visiblement touché par la cause. 

L’an passé, les pompiers ont amassé avec cet événement plus de 21 000 $. Cette année, ils ont réussi à atteindre leur objectif de dépasser ce premier montant avec un total de 23 528, 60 $.