Les hôpitaux du CIUSSS de l’Estrie-CHUS seront décorés pour égayer le temps des Fêtes. L’opération est déjà commencée d’ailleurs, comme en fait preuve cette photo prise au CHSLD Argyll lundi.

Sapins de Noël : «Aucune directive émise» au CIUSSS

« Aucune directive n’a été émise comme quoi nous n’installerions pas de sapins de Noël pour des motifs religieux », assure la porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS Annie-Andrée Émond.

Des sapins de Noël peuvent être admirés çà et là dans les installations du CIUSSS de l’Estrie-CHUS : le roi des forêts a déjà fait sa place à l’Hôpital de Granby, dans la grande salle des usagers au CHSLD Argyll, entre autres, et sera installé au cours de la semaine à la place Royer, la cour intérieure au cœur de l’Hôtel-Dieu.

Lire aussi: Controverse autour des sapins de Noël au CIUSSS

Rappelons qu’un message sur Facebook provenant d’une page d’un ancien syndicat du CHUS a circulé tout au long de la fin de semaine à l’effet que les sapins avaient été retirés du toit des hôpitaux du CHUS et à l’intérieur des établissements de santé à la suite de plaintes de membres de communautés religieuses. Le message a soulevé les passions et a été partagé près de 3000 fois.

« Lundi matin, nous avons reçu des appels de gens qui nous disaient qu’ils ne donneraient plus à la Fondation du CHUS parce qu’ils croyaient que nous avions "plié" devant des demandes d’accommodements religieux qu’ils jugeaient déraisonnables. Ce genre de fausse nouvelle peut avoir des conséquences beaucoup plus importantes que ce qu’on pourrait croire. Nous trouvons donc important de rectifier les faits », soutient la porte-parole du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.
Cependant, il est vrai qu’il n’y aura pas de sapins sur les toits des deux hôpitaux sherbrookois... mais ce n’est pas nouveau.


« Les sapins n’ont pas été installés depuis trois et cinq ans sur les toits des hôpitaux de Fleurimont et de l’Hôtel-Dieu »
Annie-Andrée Émond

« Les sapins lumineux n’ont pas été installés depuis trois et cinq ans sur les toits des hôpitaux de Fleurimont et de l’Hôtel-Dieu. À Fleurimont, nous avons changé notre tour de télécommunications et c’est à ce moment-là que nos ingénieurs nous ont déconseillé de mettre un système électrique de lumières sur le toit afin de respecter le Code du bâtiment. À l’Hôtel-Dieu, c’est une question de sécurité pour nos travailleurs. Le sapin était proche de l’extrémité du bâtiment, il n’y a pas de garde-corps et nos travailleurs devaient changer les ampoules avec des escabeaux et des perches. Ce n’était pas sécuritaire, ce qui nous a amenés à prendre la décision de ne plus illuminer ce sapin sur le toit », souligne Mme Émond.

Au courant de cette semaine, des projections lumineuses pourraient toutefois faire leur apparition sur les murs des hôpitaux dans les tons de vert et de rouge pour leur donner une petite touche des Fêtes.

Par un ancien syndicat

Le message à l’origine de toute cette polémique est né sur une page Facebook au nom du « Syndicat des travailleuses et travailleurs du Chus-Csn », ce qui a fait tourner les yeux vers la CSN, qui représente maintenant la catégorie 3 des travailleurs du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Or cette page Facebook n’est pas administrée par un membre actif du syndicat actuel de la catégorie 3 de la CSN.

« Il s’agit de membres de notre ancien syndicat, qui n’est plus un syndicat actif », nuance Denis Beaudin, président de la CSN en Estrie.

La CSN ne jette pas le blâme sur les administrateurs de cette page, qui restent anonymes, et qui postent plusieurs nouvelles sur leur page. « Nous allons les contacter pour voir ce qu’on peut faire parce que la situation porte à confusion, c’est vrai », dit Denis Beaudin.

Du côté du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on connaît cette page Facebook. « Nous savons que ce n’est pas une page administrée par notre partenaire syndical qu’est la CSN, alors nous avons avisé notre partenaire de son existence. Je n’ai eu aucune directive comme quoi nous allions faire enquête pour savoir qui était derrière cette page », ajoute Annie-Andrée Émond.