Le ministre des Finances Carlos Leitão était de passage à Sherbrooke vendredi toute la journée pour une consultation prébudgétaire avec différents acteurs du milieu économique de Sherbrooke.

Santé, éducation et PME au menu budgétaire

Le prochain budget du ministre des Finances du Québec Carlos Leitão sera équilibré pour une quatrième fois consécutive. Il sera axé sur deux enjeux : un réinvestissement important dans les services publics, notamment la santé et l’éducation, et aussi dans tous les enjeux liés à la formation de la main-d’œuvre et des besoins des PME.

Les familles québécoises n’auront pas de nouvelles surprises lors du dévoilement de son budget — ni bonnes ni mauvaises. « En novembre, on a déjà annoncé une réduction du fardeau fiscal pour les ménages, alors je ne pense pas qu’on va retourner à cet égard. Mais il y a des choses qu’on peut faire du côté des PME », souligne le ministre des Finances, qui était de passage à Sherbrooke vendredi toute la journée pour une consultation prébudgétaire avec différents acteurs du milieu économique de Sherbrooke.

« Le défi au Québec n’est plus la création d’emplois, c’est la création d’employés », a-t-il déclaré, pince-sans-rire.

Le ministre des Finances, qui présentera en mars son cinquième budget, a rencontré vendredi après-midi la direction et des étudiants de l’Université de Sherbrooke.

« Pour moi, c’est très important d’avoir un contact direct avec les citoyens pour nourrir ma réflexion sur le budget. C’est la deuxième année que je viens à l’Université de Sherbrooke et je suis heureux de le faire, car c’est une région très dynamique. C’est notamment une région avec plusieurs exemples d’initiatives locales qui sont très porteuses, comme le lien entre l’université et les fonds d’investissement en démarrage d’entreprise, qui sont de très beaux exemples », a ajouté le ministre Leitão.

Appelé à dresser son bilan de son dernier exercice financier dans le cadre d’un dîner organisé par la Chambre de commerce de Sherbrooke, Carlos Leitão a conclu que « l’économie du Québec va bien et que la confiance est là ».

« Notre action, depuis 2014, a contribué à améliorer ce niveau de confiance. On a remis la maison en ordre. Les budgets sont équilibrés. Ça va très bien, mais nous allons rester réalistes. (...) Il faut qu’on garde des marges de manœuvre », a-t-il déclaré.

Investissements en santé

Interrogé sur les besoins en santé qui semblent croître sans cesse, le ministre des Finances avoue que l’enveloppe du ministère de la Santé et des Services sociaux est importante. Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a annoncé un déficit d’au moins 23 millions $ à la fin de son exercice financier et a annoncé, plus tôt cette semaine, qu’elle devait libérer des lits consacrés à la chirurgie pour réduire la pression sur ses salles d’urgence. Or le ministre des Finances avoue qu’il ne connait pas la situation du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« Ce que je sais, c’est que pour l’année financière en cours, l’enveloppe totale de la Santé a augmenté au-delà de 4 %. Dans le budget qui s’en vient au mois de mars, ce sera sans doute plus que 4 %. On injecte des moyens financiers importants dans la Santé. Comment ça va se traduire ensuite, ce sera au ministre de la Santé et à la direction et des CIUSSS d’en décider », a expliqué le ministre Leitão.