Les mèches rebelles et les repousses embarrassantes n’en ont plus pour longtemps… L’annonce de la réouverture des salons de coiffure pour le 1er juin était attendue avec impatience à Sherbrooke, tant par les clients que les coiffeurs eux-mêmes.
Les mèches rebelles et les repousses embarrassantes n’en ont plus pour longtemps… L’annonce de la réouverture des salons de coiffure pour le 1er juin était attendue avec impatience à Sherbrooke, tant par les clients que les coiffeurs eux-mêmes.

Salons de coiffure: une réouverture souhaitée et attendue

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Les mèches rebelles et les repousses embarrassantes n’en ont plus pour longtemps… L’annonce de la réouverture des salons de coiffure pour le 1er juin était attendue avec impatience à Sherbrooke, tant par les clients que les coiffeurs eux-mêmes.

Comme tous les autres commerces non essentiels, les salons de coiffure avaient dû fermer leurs portes à la mi-mars lorsque le premier ministre Legault avait mis le Québec ‘’sur pause’’ pour prévenir les risques de contagion liés au coronavirus.

À LIRE AUSSI: Coiffure: la blouse surprise

Peu après l’annonce faite par la vice-première ministre Geneviève Guilbault de permettre la réouverture le 1er juin, plusieurs propriétaires de salons se sont rués sur les médias sociaux afin d’informer leurs clients de la réouverture de leurs commerces.

Certains salons ont indiqué sur leur page Facebook que leur ligne téléphonique sera ouverte dès lundi pour la prise de rendez-vous.

D’autres ont pris les devants en indiquant que, dès l’ouverture, des mesures de sécurité « très strictes » devront être respectées.

Certains, comme le Barbier Murray, indiquent que les clients seront invités à se laver les mains en entrant et en sortant du salon. « Seulement deux clients seront acceptés dans le salon en même temps. Les autres clients devront faire la file dehors. Il n'y aura pas d'exceptions », indique-t-on.

Chez L2D, la liste d’attente semblait déjà longue mercredi. « Nous prioriserons notre liste d’attente présentement ouverte par ordre croissant », pouvait-on lire sur la page Facebook du salon.

Outre les salons de coiffure, plusieurs entreprises privées des soins esthétiques et de santé pourront à nouveau accueillir leurs clients ou leurs patients. C’est le cas notamment des physiothérapeutes, qui, sauf en cas d’urgence, ont dû traiter tous leurs patients par téléréadaptation.

« C’est une très bonne nouvelle », a réagi Denis Pelletier, président de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ), selon qui l’accès direct aux patients devenait de plus en plus pressant. « Certaines conditions qui n’étaient pas urgentes il y a 10 semaines, commencent à l’être aujourd’hui. Quand on sait qu’une blessure qui n’est pas traitée à temps peut se complexifier et entraîner certaines complications, il était temps qu’on puisse recommencer à intervenir directement auprès de nos patients. »