Le montant de 5906 $ aurait été calculé en fonction du salaire de la conseillère la mieux payée, Nicole Bergeron, et il serait appliqué uniformément à tous les autres conseillers. Du même coup, leur augmentation de salaire brute est plus importante.

Salaires: des hausses de 10 à 22 % aux élus

Si les élus sherbrookois ont lancé le processus réglementaire pour appliquer une augmentation de 5,24 % à leur salaire de 2018, mardi, les changements apportés à leur rémunération brute entraîneront plutôt des augmentations variant de 10 à 22 %, selon ce qu’a appris La Tribune.

C’est que le salaire de base de 2018 subirait une indexation pour les années 2018 et 2019. Il serait par ailleurs majoré de 5906 $ pour tous les conseillers, et de 8115 $ pour le maire, pour compenser le fait que l’allocation de dépenses des élus est désormais imposable. Pour éviter de voir leur pouvoir d’achat réduit, les élus ont donc ajouté cette compensation directement sur leur salaire.

À lire aussi: Salaires: les élus s'offrent 5,24 % de plus

Le montant de 5906 $ aurait été calculé en fonction du salaire de la conseillère la mieux payée, Nicole Bergeron, et il serait appliqué uniformément à tous les autres conseillers. Du même coup, leur augmentation de salaire brute est plus importante.

La Tribune a tenté d’obtenir la liste du salaire projeté pour chacun des élus si le nouveau règlement sur le traitement des élus est adopté à la fin juin. La Ville de Sherbrooke a refusé de fournir une telle liste, plaidant que les données demandées n’étaient pas officielles puisque le règlement n’a pas été adopté.

Des documents obtenus de sources fiables permettent néanmoins de constater que l’augmentation salariale brute du maire Steve Lussier serait d’environ 10,85 %, alors que les conseillers les moins bien payés verraient leur rémunération augmenter de 22,76 %. Il s’agit de Pierre Avard, Pierre Tremblay et Marc Denault.

Le tableau suivant présente donc le salaire de base de 2018, avant les augmentations suggérées. La deuxième colonne tient compte d’une augmentation de 5,24 % et de la compensation de 5906 $ pour établir le salaire de base de 2019. La troisième colonne présente la rémunération totale, en incluant l’allocation de dépenses de 16 767 $ pour tous les élus.

On comprend par ailleurs que de telles hausses salariales entraîneraient des dépenses supplémentaires de 138 466 $, en incluant le salaire versé aux conseillers d’arrondissement.

À noter qu’une erreur s’est glissée dans le texte « Les élus s’offrent 5,24 % de plus » publié mardi. Il était indiqué que les salaires indexés du maire et des conseillers n’incluaient pas les compensations pour les allocations non imposables devenues imposables. C’était plutôt le contraire. Le salaire de base du maire, en incluant cette compensation, passerait donc de 144 725 $ à 160 424 $. Celui des conseillers de 33 715 $ à 41 387 $.