Pendant qu’Environnement Canada analyse le phénomène pour qualifier la rafale qui a balayé ce secteur du Haut-Saint-François situé près de la frontière américaine, les citoyens se serrent les coudes pour ramasser les dégâts.
Pendant qu’Environnement Canada analyse le phénomène pour qualifier la rafale qui a balayé ce secteur du Haut-Saint-François situé près de la frontière américaine, les citoyens se serrent les coudes pour ramasser les dégâts.

Saint-Mathias-de-Bonneterre possiblement frappé par une tornade [VIDÉO] 

« Je ne sais pas comment ça s’appelle, mais je sais que ç’a frappé d’aplomb. »

Jacqueline Vachon-Desindes était dans sa résidence située au cœur du village lorsque le violent orage et les vents destructeurs, possiblement une tornade, ont frappé Saint-Mathias-de-Bonneterre lundi en fin d’après-midi.

« C’était gris et blanc. Je n’étais pas capable de sortir dehors tellement le vent était fort », signale cette conseillère municipale du Canton de Newport, dont Saint-Mathias-de-Bonneterre fait partie.

Pendant qu’Environnement Canada analyse le phénomène pour qualifier la rafale qui a balayé ce secteur du Haut-Saint-François situé près de la frontière américaine, les citoyens se serrent les coudes pour ramasser les dégâts.

Plusieurs centaines d’arbres, dont une portion d’érablière, ont été déracinés, alors que plusieurs résidences et dépendances ont été endommagées. 

Jean Mercier a eu la peur de sa vie en voyant le vent violent foncer vers sa propriété.

« Une fenêtre a été arrachée. Je pensais que la maison allait partir au vent. Le tourbillon est passé entre ma maison et l’écurie. J’ai vu mes arbres tomber. J’ai perdu de 400 à 500 érables, soit plus de 10 pour cent de mes entailles. C’est comme une main qui a tout jeté ça au sol. Des arbres qui ne rapporteront plus », se désole M. Mercier qui était déjà au boulot, mardi avant-midi, pour accomplir la colossale tâche de déblaiement des centaines d’arbres.

Ce dernier estime que le phénomène météorologique a causé des ravages sur environ trois à quatre kilomètres.

« Je ne sais pas comment appeler ça, mais ce que je sais, c’est que ça nous donne de l’ouvrage », indique M. Mercier.

 « Le vent venait de tous les sens. Le vent tournait. Ça arrivait du champ au sud puis de chez le voisin du nord. Nous étions dans le tourbillon. Tout s’est passé tellement vite que tu n’as pas le temps d’avoir peur. Je pensais que la rallonge de la maison allait partir au vent », signale sa voisine Alice Caron.

Une roulotte éventrée, une tour cellulaire pliée, une camionnette enfouie sous les arbres et des lisières d’arbres matures ont été déracinées sur sa propriété.

« Au moins personne n’est blessé. Ce n’est que du matériel et ça se remplace », analysait avec philosophie Michel Caron avant de reprendre le boulot de déblaiement des arbres. 

Tout juste à côté du parc municipal, la résidence de Jennifer Bolduc a été lourdement endommagée par le vent.

« Les murs du deuxième étage ont plié. Le vent a fait éclater une vitre et une fenêtre au premier étage ne ferme plus. J’ai vraiment eu peur lorsque je voyais les arbres tomber et les choses passer dans les airs », signale Mme Bolduc qui attendait l’expert en sinistre de sa compagnie d’assurances.

Jacqueline Vachon-Desindes se désole des infrastructures municipales qui ont été soufflées. Le toit de tôle du gazebo du parc municipal s’est retrouvé dans un boisé, les jeux pour enfant ont été jetés au sol et de nombreux détritus se sont retrouvés dans la clôture du terrain de balle.

« Il y a une belle solidarité au village. Des bénévoles se sont offerts pour venir ramasser les arbres au parc municipal pour dégager le chemin. Les gens se sont mobilisés. Il ne faut pas perdre ce que nous avons bâti au fil des ans », signale Mme Vachon-Desindes qui préside aussi le comité des loisirs de Saint-Mathias-de-Bonneterre.

Le vent qui a soufflé une partie du revêtement de l’église du village a aussi déplacé un mur du garage et endommagé le toit de la remise de Jacqueline Vachon-Desindes.