Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Vincent Boutin
Vincent Boutin

Saga Beaudin-Lussier: Boutin se défend d’être à l’origine de l’avis juridique

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE - Le conseiller Vincent Boutin s’est défendu lundi matin sur Facebook d’être celui qui a suggéré au maire Steve Lussier d’obtenir un avis juridique pour exclure Évelyne Beaudin d’une réunion à huis clos portant sur le projet du chemin Rhéaume. Il estime que le maire tente de faire diversion.

Rappelons que Steve Lussier rapporte avoir obtenu un avis juridique sur la position de sa collègue Évelyne Beaudin à la suite d’une demande d’un élu. Il laissait le soin à cet élu de commenter lui-même sa démarche.

Dans sa publication Facebook, Vincent Boutin écrit avoir assisté à une rencontre le 18 novembre pour prendre connaissance du jugement de la Commission municipale du Québec concernant le projet du chemin Rhéaume.

«  Rapidement, l’idée d’exclure une élue est venue sur le sujet. J'ai trouvé que c’était une mauvaise idée. J’ai donc dit, de manière à faire comprendre au maire l’ampleur et les conséquences d’une telle décision, qu’il devrait avoir trois avis juridiques en main des meilleurs avocats en la matière pour documenter une telle décision », écrit-il.

Il ajoute avoir pris la peine d’écrire au maire le surlendemain pour spécifier qu’il trouvait que c’était une mauvaise idée et qu’il était contre toute exclusion. « Ce courriel est resté sans réponse de sa part. »

Vincent Boutin dit avoir pris connaissance de l’avis juridique adressé à la direction générale en même temps que ses collègues lors d’un atelier de travail le 30 novembre.

« Ce que le maire essaie de faire ici, c’est de faire diversion en entraînant avec lui un autre élu. Ma position a toujours été claire : on ne devrait pas exclure un élu qui a un mandat de la population sans de très bonnes raisons et respecter son droit de se défendre pleinement. »