Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest
La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest

Saga Beaudin-Lussier: Andrée Laforest n’a pas tous les outils pour commenter

Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Bien qu’elle n’ait pas voulu commenter directement la saga entre le maire Steve Lussier et la conseillère municipale Évelyne Beaudin, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a mentionné que l’intimidation et le harcèlement étaient inacceptables en politique municipale.

« Il y a une manière de travailler avec les conseillers municipaux et avec les citoyens, a-t-elle mentionné en entrevue avec La Tribune. L’intimidation et le harcèlement, c’est inacceptable. »

La ministre affirme ne pas avoir tous les outils en main pour commenter cet épineux dossier. Rappelons que le maire Steve Lussier a obtenu un avis juridique recommandant l’exclusion d’Évelyne Beaudin d’une réunion à huis clos portant sur le projet du chemin Rhéaume.

« Peut-être que le maire a raison, peut-être que la conseillère a raison, mais il n’y a pas eu de dépôt à la CMQ, explique Mme Laforest. On a des instances pour répondre à ça avec le Commissaire à l’intégrité municipale, qui vérifie l’éthique et la déontologie. On a tout en place pour vérifier des situations comme celles-là. L’important, c’est de dénoncer. »

Mme Laforest insiste aussi sur l’importance de la formation pour les élus.

« Quand on arrive comme conseiller, on a un guide d’éthique et on le lit, mais il n’y a pas de suite. La dignité, la transparence, l’intégrité, c’est essentiel et c’est au cœur de mes priorités. »