Rien pour retenir ceux en place, dit le syndicat

Il est louable de vouloir attirer du personnel avec des bourses comme le propose le CIUSSS de l’Estrie – CHUS, mais on doit aussi penser à ceux qui sont au travail actuellement.

C’est le message que lance Emma Corriveau, présidente du syndicat SCFP 4475 du CIUSSS de l’Estrie-CHUS représentant le personnel de soins et de soutien, paratechnique et de métier composant la catégorie 2.

À LIRE AUSSI: Le CIUSSS offre 123 bourses de 7500 $ pour devenir préposé ou auxiliaire

Mme Corriveau voulait réagir à la nouvelle voulant que 123 bourses de 7500 $ soient offertes aux étudiants inscrits à la formation en Assistance à la personne en établissement et à domicile (APED) en vue de devenir préposés aux bénéficiaires (PAB) ou auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS).

« C’est bien de vouloir attirer du nouveau personnel, mais on ne fait rien pour retenir ceux qui sont en place, déplore-t-elle. Il n’y pas de mesure de rétention. »

« Il y a des départs chaque semaine dans le réseau dans la région. Je dirais de cinq à dix par semaine facile. C’est bien d’attirer des gens, mais il en sort autant. On n’avance pas. »

On apprenait mardi que depuis le lancement du programme de financement octroyé par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) en juillet dernier, 60 candidats se sont qualifiés pour recevoir le soutien financier. D’ici le 6 décembre, 63 bourses seront offertes aux futurs étudiants qui en feront la demande, selon le CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

La surcharge de travail est souvent en cause dans ces départs répétitifs, ajoute Mme Corriveau. « On parle de départs volontaires. Plusieurs évoquent de l’épuisement. On voit souvent des nouveaux employés quitter leur poste après quelques semaines d’embauche. Il n’y a pas rien pour les retenir. »

Le syndicat entre en contact avec ces personnes pour connaître la raison de leur départ. On veut savoir ce que l’employeur et le syndicat auraient pu faire pour les retenir, enchaîne la présidente.

« Nous constatons que pour ce projet et plusieurs autres, nous n’avons pas été consultés comme syndicat », dit-elle.