Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le programme de dépenses en immobilisations ne prévoit pas de montants pour l’aéroport de Sherbrooke directement, sauf 25 000 $ dans les fonds d’urbanisme de 2022 pour le réaménagement et l’agrandissement du terminal de l’aéroport.
Le programme de dépenses en immobilisations ne prévoit pas de montants pour l’aéroport de Sherbrooke directement, sauf 25 000 $ dans les fonds d’urbanisme de 2022 pour le réaménagement et l’agrandissement du terminal de l’aéroport.

Rien pour l’aéroport, la garage municipal et la caserne de Fleurimont

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Article réservé aux abonnés
SHERBROOKE — À pareille date l’an dernier, en dévoilant son plan d’investissement en immobilisation de trois ans, la Ville de Sherbrooke prévoyait dépenser 149,1 M$ en 2021 et 160, 8 M$ en 2022 pour des projets nécessitant des emprunts. Cette somme a été ramenée à 107,2 M$ pour l’année qui s’amorce, si bien que le budget ne prévoit pas d’argent pour l’aménagement de la gorge de la rivière Magog, ni pour la construction d’une nouvelle caserne de pompiers à Fleurimont et rien pour les aménagements à l’aéroport de Sherbrooke. 

C’est le sacrifice de la construction de la caserne à Fleurimont, au coin des rues Galt Est et Galvin, qui a le plus fait réagir. Danielle Berthold, conseillère du district de Desranleau et présidente du comité de la sécurité publique, assure qu’elle sera tenace en 2021 pour s’assurer que ce projet se réalisera en 2022. 

« On doit faire des choix. Des choix qui s’imposent. Il y a des choses incohérentes alors qu’on présentait cette année le Schéma de couverture de risques pour bien couvrir de façon sécuritaire la population de Fleurimont. La caserne 4 sur la rue Lavigerie est en fin de vie. Après avoir présenté le Schéma, il a été approuvé au conseil municipal, approuvé à Québec, et on a décidé cette année de ne faire que les plans et devis. On ne donne que 250 000 $ et la caserne, pour 3,2 M$, on l’implantera en 2022. »

Mme Berthold indique que cette concession permettra à d’autres élus de voir des choses importantes arriver dans leur arrondissement. « C’est un choix. C’est une concession budgétaire pour permettre à d’autres d’avoir des choses intéressantes dans leur arrondissement. On devrait se rappeler en 2022 que la caserne doit être déplacée pour la sécurité de la population. » 

Mme Berthold met en relation les sommes importantes liées à l’organisation des Jeux du Québec et celles pour la construction d’un terrain de soccer synthétique à Rock Forest avec les sommes repoussées pour la caserne.

Garage municipal

Si les élus avaient entériné une somme de 4 M$ pour l’achat d’un terrain en prévision du déménagement du garage municipal, aucun budget n’est prévu en 2021 pour la construction d’un tel garage. La directrice générale adjointe Guylaine Boutin précise que 4 M$ sont prévus en 2022 et 5 M$ en 2023 pour ce projet. Entretemps, les employés municipaux qui travaillaient au garage municipal de la rue des Grandes-Fourches et qui doivent déménager dans l’édifice Hooper découvriront leurs nouveaux bureaux dans environ six mois.

Quant au plan Parcours, issu de Destination Sherbrooke et visant notamment la mise en valeur de la gorge de la rivière Magog, il ne reçoit pas les sommes annoncées l’an dernier. En 2020, on prévoyait 200 000 $ pour les plans de la phase 1 du projet, alors que 4,9 M$ de fonds municipaux étaient espérés pour la réalisation du projet. Ce ne sera finalement pas le cas. Les fonds pour la prison Winter ont aussi été retirés du budget d’immobilisation parce qu’ils ont été transférés au budget d’exploitation. 

Enfin, le programme de dépenses en immobilisations ne prévoit pas de montants pour l’aéroport de Sherbrooke directement, sauf 25 000 $ dans les fonds d’urbanisme de 2022 pour le réaménagement et l’agrandissement du terminal de l’aéroport. « L’aéroport va rester en place. Nous attendons les orientations du gouvernement qui va nous dicter où aller. Nous avons quand même des fonds qui ont été octroyés par le gouvernement du Québec et 250 000 $ par année de la Ville pour le lancement d’un vol commercial », réagit le maire Steve Lussier.