Les vacances estivales qui s’en viennent créent de l’appréhension chez les infirmières déjà surmenées qui œuvrent dans les CHSLD de la région, selon une représentante syndicale.

Rien n’a changé pour l’infirmière Émilie Ricard

Six semaines après son retentissant cri du cœur sur Facebook sur ses conditions de travail dans les CHSLD de Sherbrooke, rien n’a changé dans les conditions de travail de l’infirmière Émilie Ricard.

« Émilie continue de travailler dans l’équipe volante dans les CHSLD, de nuit, et elle continue d’avoir autant de patients à sa charge », se désole Sophie Séguin, présidente régionale de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - syndicat des professionnels en soins des Cantons-de-l’Est (FIQ-SPSCE).

Lire aussi: L’infirmière Émilie Ricard prise dans un «tourbillon d’émotions»

Une infirmière «exténuée» interpelle Barrette sur Facebook

« La sortie d’Émilie a eu pour effet de permettre à la FIQ de parler au ministre Gaétan Barrette et d’aborder la question des ratios avec lui », ajoute cependant Sophie Séguin.

Alors que commencent à circuler les demandes de vacances pour la période estivale, la déprime augmente chez les infirmières, soutient la présidente de la FIQ-SPSCE : « Nous sommes découragées à l’idée que l’été s’en vient. Il faut qu’on trouve des solutions pour passer à travers cette période-là ».

La négociation locale entre la FIQ et la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS avance bien. L’objectif pour en venir à une entente négociée a été fixé au 30 septembre 2018.

« Parallèlement à ça, nous avons aussi une lettre d’entente qui a pour but que l’on revoit la structure des postes pour stabiliser les équipes. Dans certains CIUSSS, le travail sur cette lettre d’entente s’est fait en parallèle. Ici, la direction veut attendre la fin de la négociation à cause des changements que ça pourrait amener. Il faut quand même voir ce qu’on peut faire de façon parallèle, notamment pour réussir à passer la période estivale », ajoute Mme Séguin.

Émilie Ricard, une infirmière de 24 ans, a publié un long cri du cœur sur sa page Facebook à la fin janvier.

Rappelons qu’Émilie Ricard, une infirmière de 24 ans, a publié un long texte sur sa page Facebook, dans les derniers jours de janvier, à la suite d’un essoufflant quart de travail dans un des quatre CHSLD de Sherbrooke. Elle avait publié une photo d’elle en pleurs pour accompagner son message.

Interpellant directement le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, elle déplorait que les récentes réformes imposées au système de la santé aient alourdi la tâche du personnel infirmier, toujours moins nombreux. L’infirmière se disait épuisée et déplorait de devoir multiplier les quarts de travail en temps supplémentaire obligatoire.