Malgré le fait que près de la moitié des électeurs de la circonscription de Richmond habitent dans l'arrondissement Rock Forest-St-Élie-Deauville, celle-ci continuera de s'appeler Richmond lors des prochaines élections.

Richmond conserve son territoire... et son nom

Les électeurs du secteur Rock Forest devront s'y faire: leur circonscription continuera de s'appeler Richmond et non Richmond-Rock Forest, comme l'avait demandé la députée Karine Vallières à la Commission de la représentation de la carte électorale (CRE). Par contre, la CRE a accepté de maintenir les municipalités de Valcourt, Valcourt Canton, Maricourt et Racine à l'intérieur de la circonscription, plutôt que de les faire passer dans la circonscription voisine d'Orford.
En Commission parlementaire, Mme Vallières s'était opposée à la recommandation de la CRE à l'effet de transférer les quatre municipalités du Val-Saint-François dans Orford afin de respecter «les communautés naturelles en place».
Elle avait alors fait valoir que les électeurs de ces quatre municipalités avaient été assez «barouettés» au cours des deux dernières décennies puisque celles-ci ont fait partie de la circonscription de Johnson avant de joindre celle de Richmond en 2012.
Outre Mme Vallières, les maires des quatre municipalités concernées ainsi que plusieurs citoyens avaient eu aussi profité des consultations publiques pour revendiquer le statu quo.
Dans son rapport, la CRE note toutefois qu'elle portera une attention particulière à l'évolution démographique de la circonscription de Richmond, qui compte aujourd'hui près de 58 000 électeurs. L'un des mandats de la CRE est de s'assurer que chaque électeur ait un poids électoral comparable d'une circonscription à l'autre.
Or, avec près de 58 000 électeurs, Richmond compte 21,2% plus d'électeurs que la moyenne des circonscriptions au Québec.
De plus, parmi les cinq comtés de l'Estrie, Richmond est celui qui a connu la plus forte croissance de sa population avec une augmentation de 10,1% par rapport à 2012.
Sans fournir d'explication, la CRE a toutefois refusé de se rendre à la demande de Mme Vallières à l'effet d'ajouter le nom de Rock Forest à celui de Richmond.
La députée avait fait valoir que ce nom est «plus représentatif» de la réalité vécue par ses concitoyens. «Beaucoup de gens qui habitent l'arrondissement Rock Forest-St-Élie-Deauville sont surpris lorsque je leur dit qu'ils habitent dans le comté de Richmond, affirme Karine Vallières. Le sentiment d'appartenance contribue à la vie démocratique d'un comté. Et je continue de croire que le sentiment d'appartenance serait plus grand si le nom de Rock Forest apparaissait au côté de celui de Richmond.»
D'autant plus, ajoute-t-elle, que l'arrondissement sherbrookois Rock Forest-St-Élie-Deauville représente près de 50% de la population de la circonscription de Richmond.
Mme Vallières a indiqué qu'elle allait demander à la CRE la raison pour laquelle le changement de nom n'a pas été retenu.