Retrait du consortium : les élus réagissent

Le consortium qui était à la tête du projet Well inc. a fait tout un coup d’éclat en annonçant à la Ville de Sherbrooke qu’il retirait sa proposition.

Le regroupement, composé du Groupe Custeau, de SherWeb et du Fonds de solidarité FTQ, n’a pas expliqué en détails les raisons de ce retrait, prétextant tout simplement qu’il s’agissait d’un « choix personnel ».

« C'est une décision d'affaires. L'entente d'exclusivité était à terme, et les risques entourant le succès du projet étaient trop élevés », soutient Patrick McQuilken, conseiller aux relations de presse pour le Fonds de solidarité FTQ. 

« Je respecte ce choix. Je vais laisser la poussière retomber, mais je vais vouloir les rencontrer », a réagi le maire Steve Lussier, qui s’est dit très surpris par cette annonce. « Je pense que le consortium est pour la revitalisation. Là, il arrive quelque chose que je ne comprends pas – on devait voter ça le 28 –, mais je respecte leur choix à 100 %. »

« Nous aurions aimé avoir plus de temps pour évaluer tous les aspects du projet et surtout ses retombées pour les prochaines décennies. »

Steve Lussier dit avoir appris la nouvelle vendredi en fin de journée alors qu’il était à une réunion de l’UMQ à Lévis. Il a fait une rencontre avec son comité exécutif samedi, lors de laquelle il a senti une certaine déception autour de la table, et attendra à la séance du conseil municipal de lundi pour en parler au reste des élus.

Rien n’est donc fixé pour l’avenir du centre-ville actuellement. « On a eu des lettres d’intention d’entrepreneurs qui voulaient venir nous aider, je trouve ça très positif. Il y a notamment M. [Philippe] Dusseault qui est sorti avec un projet. [...] Moi, je ne suis fermé à rien à partir de maintenant », a rapporté le maire.

« Si le consortium veut proposer quelque chose de nouveau, je suis ouvert à ça », a-t-il ajouté.

L’employé de la Ville qui était attitré au projet Well inc. conservera son emploi, a confirmé M. Lussier. « Je vais garder le poste ouvert, il y a eu beaucoup de temps de donné, on ne jette rien, on va se servir des expertises faites jusqu’à maintenant. »

Un projet plus rassembleur?

Le projet Well inc. créait de la division au sein du conseil. Le retrait de la proposition du consortium permettra-t-il la proposition d’un projet plus rassembleur parmi les élus?

Le conseiller Marc Denault croit que ce pourrait être le cas. « Ça va faire partie des discussions que nous aurons lundi en comité plénier. Ce projet avait été amené dans le cadre d’une campagne électorale. Il n’émanait pas du conseil, mais plus d’une campagne électorale. Le conseil de l’époque ne se l’était pas approprié, et encore moins le conseil d’aujourd’hui », soutient-il.

« La pression avait été quand même immense. J’ai clairement dit à plusieurs reprises que j’ai senti de la pression de l’administration [de la Ville] à aller de l’avant dans ce projet-là, plus que du conseil municipal. Notre défi sera de faire un projet qui rassemble tout le monde », ajoute M. Denault, qui croit que le conseil actuel a démontré des aptitudes à travailler en groupe.

Pour sa collègue Évelyne Beaudin, c’est à cause du processus de développement de ce projet qu’il est tombé. « Il y a eu énormément de pression pour qu’on adopte ça très rapidement, en plus de l’entente d’exclusivité. On ne se sentait pas très à l’aise dans le processus, ni les élus, ni la population. On aura le devoir de bien faire les choses avec le bon processus; comme ça, on obtiendra nécessairement le meilleur projet possible », dit-elle.

« On aura la possibilité de voir ce qui s’offre à nous. Les gens ont pu voir jusqu’où la Ville était prête à aller dans la revitalisation du centre-ville, différents promoteurs à Sherbrooke vont pouvoir voir ça et aller cogner à la porte de la ville pour présenter projets », ajoute-t-elle.

Le maire Steve Lussier voit aussi les horizons ouverts. « On est pour la revitalisation, tout le monde est d’accord là-dessus. La façon qu’on va le faire, ça va être à discuter. »

« Quel fiasco! »

Le conseiller Vincent Boutin a réagi fortement à la nouvelle sur sa page Facebook.

« Pour moi, il est clair que le maire a toujours voulu un dénouement où il n’aurait pas à trancher, il a réussi », pouvait-on y lire.

« Le maire a peut-être atteint son objectif là-dessus, mais les vrais perdants sont les Sherbrookois et Sherbrookoises et le centre-ville qui perdent un projet qui avait tous les éléments d’un catalyseur pour le relancer. Au passage, son manque flagrant de leadership a eu pour effet de ternir l’image de Sherbrooke, il a laissé pourrir la situation. Ce faisant, il n’a rien fait quand SherWeb, une entreprise qui fait rayonner Sherbrooke et qui voulait redonner à sa communauté, se faisait salir publiquement. Il n’a jamais pris leur défense, les laissant se faire traiter de profiteurs », a écrit le conseiller, ajoutant qu’il avait hâte de voir le plan Lussier pour revitaliser le centre-ville. « C’est sur ses épaules maintenant. »

Le président de l’Association des gens d’affaires du centre-ville, Alexandre Hurtubise, s’est dit déçu par la complexité du monde des affaires à Sherbrooke et a déploré la nouvelle.