Vicki-May Hamm, mairesse de Magog

Retour probable de Michel Bombardier: « J'ai peur qu'il défasse tout »

Le retour probable de Michel Bombardier au conseil municipal n'enchante pas la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, et cette dernière le reconnaît sans hésiter.
« Je suis honnête en disant que j'aimerais mieux qu'il ne revienne pas, déclare Mme Hamm. De toute façon, quelqu'un me croirait-il si je disais que j'ai le goût de le revoir au conseil municipal? »
La mairesse de Magog craint que de vieilles lignes de fracture entre les élus réapparaissent, advenant que Michel Bombardier obtienne un nouveau mandat. Elle laisse entendre que le départ de l'ancien conseiller municipal a permis de ramener une plus grande harmonie parmi les élus et redoute que ce qui a été bâti ces dernières années s'envole en fumée.
« On ne se chicane pas sur la place publique et il n'y a plus de division cristallisée comme c'était le cas à une époque au conseil, fait valoir Vicki-May Hamm. Moi, je préférerais qu'on ne retourne pas en arrière. J'ai peur qu'il défasse tout. »
Bien que des progrès significatifs auraient été observés, Mme Hamm admet que l'harmonie entre les élus n'est pas parfaite actuellement. « Mais ça n'a rien à voir avec ce que ça a été dans le passé. Il y a maintenant du respect et la population elle-même le constate. De l'obstruction systématique de la part d'un ou de quelques conseillers, on ne voit plus ça. »
Pendant que M. Bombardier siégeait au conseil municipal, la mairesse aurait tenté de jouer un rôle de rassembleuse afin d'aplanir certains différends. Ses efforts pour créer une plus grande harmonie n'auraient cependant mené à rien. « J'ai essayé plus d'une fois de rassembler tout le monde. Et c'est seulement quand il est parti que j'ai réussi ça », affirme celle qui n'a aucun adversaire déclaré en vue des élections du 5 novembre.
Malgré ses critiques, Vicki-May Hamm admet que Michel Bombardier est un « homme intelligent qui connaît habituellement très bien les dossiers sur lesquels il travaille ».
Aucun commentaire
L'ancien conseiller municipal et ex-candidat à la mairie n'a jamais eu la langue dans sa poche, mais il a choisi de ne pas répliquer à la mairesse. « Je ne me présente pas contre elle », rappelle-t-il.
Cela dit, M. Bombardier affirme que sa campagne électorale fonctionne bien. « Je cogne aux portes des maisons et, pour le moment, je reçois pas mal de commentaires positifs de la part des gens », mentionne-t-il.
Rappelons que Michel Bombardier affronte le candidat Samuel Côté, qui profite de l'appui formel de la mairesse de Magog. Les deux hommes désirent représenter les électeurs du nouveau district numéro quatre, à l'intérieur duquel on retrouve notamment une longue portion de la rue Sherbrooke.