La Tribune
La section locale 4475 du SCFP estime que la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS met trop de pression sur ses salariés en arrêt de travail.
La section locale 4475 du SCFP estime que la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS met trop de pression sur ses salariés en arrêt de travail.

Retour au travail au CIUSSS : «Un acharnement qui frôle le harcèlement»

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
La direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS mise sur le retour des salariés en arrêt de travail pour combler en partie son déficit de personnel. C’est ce que déclarait Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques dans une entrevue accordée à La Tribune le 25 juillet dernier. « Or ce "suivi serré" qu’elle déclare faire auprès de ces employés ne consiste pas à "prendre de leurs nouvelles", mais à les contacter à répétition afin de faire pression en faveur d’un retour. Certains témoignent que cet acharnement frôle le harcèlement », déplore Emma Corriveau, présidente de la section locale 4475 du SCFP, le syndicat qui représente près de 5000 membres du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.