La Ville de Sherbrooke n’est pas parvenue à débrancher tous ses clients du tarif biénergie avant le 1er novembre, tel qu’elle souhaitait le faire.

Retard dans le débranchement des chauffe-eau biénergie

La Ville de Sherbrooke n’est pas parvenue à débrancher tous ses clients du tarif biénergie avant le 1er novembre, tel qu’elle souhaitait le faire. Un peu plus de 300 clients ont reçu ou recevront une lettre pour les informer qu’ils sont désormais responsables de fixer un rendez-vous avec l’électricien engagé par la Ville.

En juillet, Installations Flash électrique avait reçu un contrat de 137 500 $ pour débrancher les chauffe-eau reliés au système biénergie. Ces débranchements étaient rendus nécessaires en raison des craintes, très faibles, du développement de la légionellose chez les clients concernés.

Depuis le début du mois, des abonnés reçoivent une lettre les prévenant que « pour différentes raisons, nous n’avons pas pu passer à votre résidence. Comme les délais sont à échéance, [...] vous avez 10 jours ouvrables pour entrer en contact avec l’électricien [...]. Si vous ne communiquez pas avec l’électricien dans le délai mentionné, nous serons dans l’obligation de vous transférer au tarif D, ce qui représente une augmentation de votre facture d’électricité d’environ 30 % ».

Un client rapporte avoir reçu la lettre datée du 7 novembre huit jours plus tard... La moitié du délai était donc déjà passée.

Pierre Fréchet, chef de la division de gestion énergétique et électrométrie à Hydro-Sherbrooke, explique qu’environ 4200 clients étaient branchés au système de biénergie avec un chauffe-eau électrique et que 327 d’entre eux ont reçu la lettre en question. « L’électricien a disposé de peu de temps pour faire son travail, mais pour la plupart des clients ayant reçu une lettre, il n’avait pas réussi à les contacter pour prendre rendez-vous. Soit il n’a pas reçu de retour d’appel ou nous avions le mauvais numéro de téléphone dans notre système. »

Les débranchements ont commencé en juillet. L’électricien est payé en fonction du nombre de chauffe-eau débranchés. Le retard n’entraînera donc pas de dépassement de coûts. 

« Il faut maintenant que les clients entrent en contact avec lui pour prendre rendez-vous. Il est arrivé que sa boîte vocale était pleine. Nous avons donc reçu des appels directement à Hydro-Sherbrooke et nous avons pris note de la requête de ces clients. »

M. Fréchet affirme que la Ville fera preuve de bonne foi et qu’elle donne un délai de quelques jours supplémentaires aux citoyens avant de changer le tarif auquel ils sont assujettis. « Une fois le délai dépassé, nous enverrons une lettre pour dire que nous changeons le tarif. Si le client nous appelle dans les jours suivants, nous rétablirons le tarif DT. Si nous n’avons toujours pas de nouvelles l’été prochain, nous enverrons une autre lettre. Les clients qui se feront débrancher à ce moment-là pourront revenir au tarif DT, mais ils ne seront pas remboursés à moins que le délai ait été causé par une raison indépendante de leur volonté. »

Le débranchement des chauffe-eau faisant partie du programme biénergie entraîne une perte d’économies annuelles de 180 000 $ pour Hydro-Sherbrooke.

Précision

Une précision s’impose à propos du texte « Une jeune famille plongée dans le noir » publié mercredi. Contrairement à ce que nous avons écrit, l’électricité ne sera pas automatiquement rebranchée en date du 1er décembre pour toutes les personnes dont le service avait été interrompu auparavant. Les clients concernés doivent faire la demande d’être rebranchés pour la période hivernale.