Résidus d'amiante: soupir de soulagement à Asbestos

Soupir de soulagement dans la région d'Asbestos à la suite de l'annonce du gouvernement fédéral concernant l'utilisation de l'amiante au pays. On se réjouit d'apprendre qu'on permettra de revaloriser les résidus miniers d'amiante, comme on en trouve en grande quatité dans ce secteur de l'Estrie.
Kirsty Duncan
Ottawa interdira complètement l'amiante et l'importation de produits qui en contiennent dès 2018, mais rassure du même souffle les régions du Québec qui souhaitent exploiter les résidus miniers.
Quatre ministres ont été déployés jeudi au centre de cancérologie d'un hôpital d'Ottawa pour cette annonce sur des mesures «exhaustives» qui mèneront à l'interdiction complète de ce produit cancérogène.
Le gouvernement de Justin Trudeau déposera de nouveaux règlements qui prohiberont la production, l'utilisation, l'importation ou l'exportation d'amiante. Il instaurera aussi de nouvelles protections pour les travailleurs, mettra à jour l'inventaire des immeubles fédéraux qui en contiennent et changera les codes du bâtiment.
Mais il n'interdira pas aux villes québécoises d'Asbestos et de Therford Mines de revaloriser les résidus d'amiante, afin d'en tirer notamment du magnésium.
La ministre des Sciences, Kirsty Duncan, a dit comprendre que le Québec avait «une longue histoire» avec l'exploitation de l'amiante et qu'elle n'empêcherait pas la province de tirer profit des «opportunités multiples» liées à la mise en valeur des résidus. Sa collègue de l'Environnement et des Changements climatiques Catherine McKenna a ajouté que le dossier des résidus relevait en réalité des lois provinciales.
L'amiante est largement reconnu pour causer le cancer du poumon et le mésothéliome, deux problèmes de santé agressifs et mortels.
Soulagement à Asbestos
Dans un communiqué de presse, la Ville d'Asbestos et la MRC des Sources se disent soulagées d'apprendre que la transformation des résidus miniers ne sera pas bannie lors de l'application de la nouvelle approche pangouvernementale sur l'amiante.
Avec cette annonce, la Ville d'Asbestos et le territoire de la MRC des Sources pourront déployer pleinement leurs stratégies de diversification économique s'affirmant ainsi comme la technopole du magnésium au Canada. Les composantes majeures sont un Centre d'innovation minière, le Centre de formation ainsi que la formation d'une grappe industrielle dont Mag One, Alliance Magnésium et plusieurs autres.
Les projets de développement économique touchant la mise en valeur et l'utilisation des réserves minières ne seront pas affectés et pourront prendre leur envol. «Nous comprenons l'importance de cette annonce pour protéger la santé publique de tous les citoyens, mais nous sommes aussi rassurés concernant les perspectives futures de développement économique sur notre territoire », affirme Hugues Grimard, maire de la ville d'Asbestos et préfet de la MRC des Sources.
« Nous sentons une réelle effervescence dans toute la région puisque plusieurs investisseurs majeurs nous ont déposé des projets potentiels en plus de ceux déjà en cours de réalisation et annoncés », mentionne M. Grimard,
Depuis plusieurs années, la région des Sources travaille à la diversification de son économie. Plusieurs secteurs sont en émergence et l'exploitation du gisement minier est l'une des composantes importantes de cette diversification.
« Les investisseurs et les promoteurs peuvent maintenant être rassurés et continuer d'aller de l'avant dans la réalisation de leurs projets», souligne Pierre Corbeil, président de la Corporation de développement socioéconomique d'Asbestos.  
«Nous avons plusieurs belles opportunités de développement à Asbestos et nos équipes économiques sont heureuses de poursuivre leur travail afin de concrétiser leurs projets.» 
 
- Avec Claude Plante