Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les enfants Mélodie, Grégoire et Léonard Neveu en compagnie de leurs parents Marie-Eve Chapdelaine et David Neveu.
Les enfants Mélodie, Grégoire et Léonard Neveu en compagnie de leurs parents Marie-Eve Chapdelaine et David Neveu.

#REMPLISVERT : protéger l’environnement une collecte à la fois

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
initiative de journalisme local, La Tribune
Article réservé aux abonnés
C’est une tradition chez la famille Neveu-Chapdelaine. Chaque année, les parents en compagnie de leurs enfants effectuent des corvées de nettoyage afin de retirer plusieurs kilos de déchets qui ont été jetés dans la nature. Lors de leurs deux premières collectes de l’année 2021, ils ont réussi à retirer 180 livres (81.6 kilos ) de débris des milieux naturels. 

Cette famille est celle qui est derrière l’initiative #RemplisVert depuis le départ de la famille Russell-Godbout en Europe. La protection de l’environnement est une partie intégrante de leur quotidien depuis de nombreuses années, et ce, bien avant qu’ils deviennent responsables du mouvement environnemental. D’ailleurs, Marie-Ève Chapdelaine et son conjoint David Neveu effectuaient des corvées de nettoyage bien avant d’avoir leurs enfants. « Depuis longtemps, on fait des collectes chaque année. On en fait à plusieurs endroits et plusieurs fois par année. La chasse aux déchets est comme une activité familiale chez nous. Léonard [son fils] adore aller à la chasse aux déchets. C’est toujours “qu’est-ce que je vais trouver de plus inusité ?” » mentionne celle qui est la maman de Mélodie, Grégoire et Léonard. 

Elle raconte qu’en une heure de travail vendredi dernier, en début de soirée, trois grands sacs de déchets étaient complètement remplis. Ils ont nettoyé les secteurs près des routes 143, 243 et 116 à Richmond. Dimanche, en compagnie d’une autre famille, ils se sont rendus près du centre Canot-Kayak Richmond où ils ont ramassé un impressionnant total de 160 livres (75 kilos) de déchets dans un périmètre d’un kilomètre. Marie-Ève Chapdelaine a d’ailleurs qualifié la situation de déprimante.

Canettes d’aluminium, bouteilles de plastique, mégots de cigarette, cartons, CD, fleurs en plastiques, masques de procédure, bidons de lave-glace et enjoliveurs de roue sont quelques-uns des objets que la famille a retirés de la nature durant les deux corvées de nettoyage.

Les bordures de route et de rivière, les bretelles d’autoroute et les sentiers de motoneige font partie des endroits où la famille Neveu-Chapdelaine indique trouver le plus de déchets. « Nous avons toujours un sac de recyclage et un sac où l’on met les déchets », mentionne celle qui travaille dans le domaine du développement durable. 

« Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi les gens décident de lancer leurs déchets dehors », évoque Mme Chapdelaine en invitant les gens à s’en débarrasser dans les endroits appropriés. 

Marie-Ève Chapdelaine estime qu’au fil des années, le nombre de déchets jetés dans la nature est relativement stable. « C’est un enjeu de toujours. » Elle ajoute toutefois que de plus en plus de personnes sont sensibilisées à la cause. « Il n’y aura jamais 100 % de citoyens responsables. Je pense qu’il ne faut pas se mettre la tête dans le sable », mentionne-t-elle en insistant sur l’importance des mouvements citoyens de protection de l’environnement. Elle souligne que tout le monde devrait collaborer pour protéger l’environnement en nettoyant un petit bout de terrain près de chez soi. 

 « C’est une activité qui n’est pas très propre, mais c’est très valorisant », mentionne-t-elle en ajoutant que plusieurs groupes organisent ce genre d’initiatives. 

Dimanche, ils ont récolté 160 livres (75 kilos) de déchets près de la rivière Saint-François et de la piste cyclable près du centre Canot-Kayak Richmond.

#RemplisVert à la conquête des lieux publics

Malgré la pandémie de la COVID-19, le mouvement #RemplisVert continue de se développer. Plusieurs commerces de Richmond ont adhéré au projet. Le volet des fontaines d’eau publiques est actuellement en train d’être développé. Mme Chapdelaine explique qu’ils recensent actuellement les lieux publics où il y a des fontaines d’eau pour y installer par la suite de l’affichage avec l’accord des différentes Villes. « Cet été, nous travaillerons sur l’identification des lieux publics. Il y a plein de municipalités qui embarquent. Une très grosse ville a accepté de participer, mais je ne peux pas l’annoncer encore… » 

Rappelons que le mouvement #RemplisVert vise à réduire l’utilisation de bouteilles de plastique à usage unique en créant un réseau de lieux publics où les gens peuvent remplir leur bouteille d’eau réutilisable gratuitement.