La date de reprise des activités du Grand Cru d’Escapades Memphrémagog n’est pas encore officielle, mais dès le 1er juillet, les excursions maritimes pourront recommencer.
La date de reprise des activités du Grand Cru d’Escapades Memphrémagog n’est pas encore officielle, mais dès le 1er juillet, les excursions maritimes pourront recommencer.

Relance touristique : soulagement pour certains, incompréhension pour d’autres

L’investissement de près de 753 M $ pour le milieu touristique et la réouverture prochaine de certains secteurs comme les zoos et les excursions maritimes font le bonheur des uns, mais le malheur des autres. Le Spa Eastman, par exemple, nage dans l’incompréhension.

« Pour nous, c’est une bonne nouvelle de connaître la date [1er juillet] et les consignes sanitaires du gouvernement pour la reprise des excursions maritimes », avance Élyse L’Espérance, directrice générale adjointe et présidente du Groupe Pal+, qui chapeaute les activités du bateau le Grand Cru d’Escapades Memphrémagog.

« Avant d’avancer une décision officielle pour la saison 2020, on prend encore connaissance des spécificités des consignes pour voir comment on pourrait les appliquer à notre produit », ajoute-t-elle. 

Les principes généraux comme le lavage des mains et la distanciation sociale seront les mêmes, mais il reste à voir quelles autres mesures seront appliquées pour le bateau de croisière, qui offre également un service de restauration. 

« En prenant la décision, nous garderons en tête nos deux priorités : la santé et la sécurité des passagers et des employés, ainsi que la pérennité de l’entreprise », soutient Mme L’Espérance.

À lire aussi : Tourisme : des mesures d’aide accueillies positivement

La présidente salue l’aide financière annoncée par Mme Caroline Proulx, ministre du Tourisme, jeudi après-midi. « Toute aide en ce moment est vraiment la bienvenue. L’industrie touristique a été durement touchée par la Covid-19 et risque d’être affectée pour les années à venir », exprime-t-elle.

« Avec les informations que j’ai pour l’instant, je ne peux pas dire si l’aide sera suffisante. C’est certain que ça ne vient pas effacer tous les impacts sur les entreprises touristiques ni les enjeux auxquels elles devront être confrontées dans les prochaines années », avoue Mme L’Espérance, qui voit tout de même le soutien du gouvernement comme une bonne nouvelle.  

Le Spa Eastman sous le choc

Contrairement aux piscines publiques et aux piscines d’établissements hôteliers, la réouverture des spas n’est toujours pas autorisée par le gouvernement. 

Jocelyna Dubuc, fondatrice et présidente du Spa Eastman, nage dans l’incompréhension. « On était certains que la réouverture serait annoncée cette semaine », affirme-t-elle. 

« On a vraiment un sentiment d’incompréhension, voire d’injustice, clame la propriétaire de l’endroit depuis 43 ans. Nos chambres, le service aux chambres, notre salle à manger, nos activités... tout est recommencé, sauf les bains et les saunas. »

Selon les dires de la propriétaire, tous les spas ont fait un travail énorme pour répondre aux normes et aux standards demandés. « On est conscients du respect de la distanciation sociale et on n’a pas le goût de jouer avec le feu, donc on a établi plusieurs mesures pour assurer la sécurité de tous », explique Mme Dubuc.  

Les circonstances privent l’établissement d’une énorme clientèle qui n’attend que la réouverture des bains et des saunas, révèle-t-elle. 

« S’il y a bien une chose dont les gens ont besoin en ce moment, c’est de se déstresser et de relaxer. On connaît le bien-être que l’alternance entre le chaud et le froid procure aux gens », exprime la propriétaire. 

« Contribuer au bien-être et à la santé globale des Québécois est dans l’ADN des établissements spas. La clientèle apprécie la qualité, la rigueur et l’efficacité des soins offerts par les entreprises. En ces temps où il nous faut apprivoiser une nouvelle réalité qui génère, depuis déjà de nombreuses semaines, des émotions partagées pour l’ensemble de la population, les établissements spas du Québec veulent prendre soin des Québécois et les Québécois veulent prendre soin d’eux », peut-on lire dans une lettre ouverte dénonçant le manque de cohérence dans les décisions du gouvernement, signée par l’Association québécoise des spas et ses 65 membres. 

Les spas ont besoin de réponses. « De l’Outaouais à Charlevoix en passant par les Laurentides et les Cantons-de-l’Est, le questionnement persiste : quand allons-nous pouvoir reprendre nos activités? » se conclut la lettre.