Annie Godbout : « On sent qu’il y a un intérêt, surtout dans la dernière année, pour des visites dans la prison. C’est un beau projet. Il y a des belles idées sur la table. Mais la séquence dans laquelle arrivent les choses a autant d’importance que le contenu. »

Réhabilitation de la prison Winter : Annie Godbout freine l’enthousiasme du Musée d’histoire de Sherbrooke

La présidente de Destination Sherbrooke émet des réserves quant à la possibilité d’aller de l’avant avec le projet de réhabilitation de la prison Winter à court terme.

Annie Godbout confirme que trois scénarios seront présentés aux élus tel que rapporté dans La Tribune de vendredi. Ces différentes alternatives devront toutefois être présentés en premier lieu au conseil d’administration de Destination Sherbrooke, dont la prochaine rencontre est prévue le 26 septembre. 

Lire aussi : Trois scénarios pour la prison Winter

Le Musée d’histoire de Sherbrooke, instigateur du projet, pourra ensuite présenter ses différents scénarios de réhabilitation de l’établissement carcéral aux élus sherbrookois. Or ceux-ci seront déjà fort occupés avec les études budgétaires pour 2020. 

Et ce sont ces études budgétaires qui détermineront si les sommes nécessaires pour le projet de réhabilitation seront alloués ou non en 2020. 

« Il n’y aura pas de décision prise avant », précise la présidente de l’organisme paramunicipal.

Le budget d’immobilisation devrait être adopté autour du 18 novembre. 

Projets

Rapellons qu’un contingent d’une douzaine de personnes ont récemment visité l’ancienne prison afin de se familiariser avec l’endroit et évaluer le potentiel touristique. L’idée de remettre les lieux en état de façon minimaliste pour permettre des visites refait surface. Un investissement entre 350 000 $ et 500 000 $ pourrait être nécessaire. 

Les travaux de rénovation pour l’ensemble du projet, soit des soirées Meurtre et mystères et des jeux d’évasion, étaient évalués à plus de 7 M$. Le mur d’enceinte de la prison Winter est unique au Canada. Il faudrait prévoir 1,1 M$ pour le réparer. 

Vendredi, dans les pages de La Tribune, le directeur par intérim du Musée d’histoire de Sherbrooke, David Lacoste, estimait qu’il est réaliste d’envisager un projet pour l’été 2021.

« On sent qu’il y a un intérêt, surtout dans la dernière année, pour des visites dans la prison. C’est un beau projet. Il y a des belles idées sur la table. Mais la séquence dans laquelle arrivent les choses a autant d’importance que le contenu », explique Mme Godbout. 

La question du financement demeure entière selon la présidente de DS.

« Il ne faut pas voir ce projet que sous la loupe du municipal. Il faudrait aller chercher de l’argent des autres paliers gouvernementaux et faire une recherche de partenaires financiers. Oui, ça prend une volonté politique, mais ensuite il y a tout un travail à faire pour le financement », fait valoir Mme Godbout.