Regroupements: les constats d’infraction se multiplient

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Malgré les appels répétés du premier ministre du Québec François Legault, certains citoyens continuent à se regrouper et à faire des partys à Sherbrooke.

Le nombre de constats d’infraction pour le non-respect du décret gouvernemental interdisant les rassemblements a triplé au cours de la dernière semaine.

À LIRE AUSSI: Arrestations pour trafic de drogue et non-respect de la distanciation physique

Distanciation sociale: 37 constats d'infraction en une semaine à Québec

Si 40 constats avaient été émis du 23 mars au 14 avril, ce sont 81 personnes qui ont été prises en flagrant délit de ne pas respecter la Loi sur la santé publique. Le nombre de constats émis a gonflé à un total de 121.

« Sans entrer dans les détails des constats émis, nous pouvons dire que certaines personnes ne comprennent pas qu’il faut éviter les rassemblements. Les partys ou les rassemblements sont interdits », rappelle le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Lors d’une opération sur un point de vente de stupéfiants la semaine dernière, le SPS avait remis neuf constats d’infraction. Lors de la dernière fin de semaine, le SPS a reçu 156 appels concernant la COVID-19, dont 92 dans la journée de samedi.

Depuis l’entrée en vigueur du décret gouvernemental, le SPS dispose du pouvoir d’imposer des amendes allant de 1000 $ jusqu’à 6000 $ en cas de récidive pour les personnes qui ne respecteront pas les consignes gouvernementales pour freiner la propagation de la COVID-19.

14 barrages

La Régie de police de Memphrémagog dispose de ce pouvoir d’imposer des constats pour le non-respect de la Loi sur la santé publique à la différence que les municipalités membres n’ont pas adopté de règlement municipal en ce sens. Ce sont donc des rapports d’infraction généraux qui sont remis aux contrevenants.

La RPM a donc donné sept constats d’infraction lors de trois interventions sur des rassemblements.

« Nous tenons un registre des avertissements que nous faisons auprès des citoyens. Des constats sont émis lorsque les mesures d’éducation et de sensibilisation ont échoué », explique le porte-parole de la Régie de police de Memphrémagog, Mickaël Laroche.

La RPM avait tenu 14 barrages de sensibilisation lors de la fin de semaine de Pâques alors que 1300 véhicules avaient été interceptés.