En mettant un terme au contrat de Ricova, Récup Estrie se retrouve dans l’incapacité d’opérer le centre de tri. Les matières recyclables seront dirigées vers Valoris à Bury en attendant qu’une solution soit mise en place.

Récup Estrie vire son exploitant

Récup Estrie a décidé de rompre le contrat qui le liait à l’exploitant Ricova vendredi dernier. Le centre de tri déborde de matières depuis plusieurs mois et Récup Estrie a décidé de laisser cinq jours à l’exploitant pour libérer les lieux, ce qui suspend indéfiniment les opérations du tri des matières.

Les problèmes de débordement de matières recyclables au centre de tri n’ont rien de nouveau, et la Régie de récupération de l’Estrie a réagi conséquemment.

Lire aussi: Une équipe de nuit pour venir à bout des matières à recycler

« Depuis un certain temps, on a un problème d’exploitation avec l’entreprise chargée de s’occuper du contenu du bac de recyclage. Avec Ricova, on avait des difficultés à faire respecter les conditions rattachées au contrat. On n’a jamais senti d’efforts de leur part et nous étions pourtant ouverts à les accommoder », affirme Hugues Grimard, président du conseil d’administration de Récup Estrie et maire d’Asbestos.

Les conditions qui posaient problème concernent la manière dont étaient disposées les différentes matières recyclables, ainsi que les ballots qui se trouvaient à l’extérieur du centre de tri.

« Depuis quelques jours, la situation était devenue insoutenable. Il fallait faire quelque chose », explique-t-il.

En mettant un terme au contrat d’exploitation le liant à Ricova, Récup Estrie se retrouve dans l’incapacité d’opérer le centre de tri, et l’entièreté des matières recyclables sera dirigée vers le centre de tri Valoris à Bury. Les matières seront mises en ballot et entreposées jusqu’à ce que Récup Estrie reprenne les opérations.

M. Grimard n’estime pas que cela pourrait engendrer un enfouissement des matières recyclables.

« Notre but c’est de valoriser au maximum les matières provenant du bac de recyclage. C’est le but de la Régie et c’est le but qu’on va atteindre en mettant les efforts nécessaires », assure-t-il.

Il n’est pas possible pour le moment de mettre une date sur la reprise des opérations au centre de tri de Récup Estrie.

« On a plusieurs scénarios possibles pour la reprise des opérations. C’est certain que la clé pour sortir de cette crise, avec ou sans un nouvel exploitant, c’est l’ensemble des travailleuses et des travailleurs actuellement à l’emploi », admet Pierre Avard, vice-président du conseil d’administration de Récup Estrie et conseiller municipal du district du Pin-Solitaire à Sherbrooke.

À Sherbrooke, la récupération des matières recyclables du 4 et 5 juin a d’ailleurs été reportée au vendredi 8 et samedi 9 juin.

Rappelons que le mandat de Récup Estrie est de s’occuper, en vue de leur mise en valeur, du tri des matières recyclables provenant de la collecte sélective de la ville de Sherbrooke et des cinq MRC membres, soit de Memphrémagog, du Haut-Saint-François, du Val-Saint-François, de Coaticook et des Sources.