Selon Julien Lachance, c’est surtout le maire Steve Lussier qui a souhaité que la collecte du recyclage se poursuive comme à l’habitude à Sherbrooke.
Selon Julien Lachance, c’est surtout le maire Steve Lussier qui a souhaité que la collecte du recyclage se poursuive comme à l’habitude à Sherbrooke.

Récup Estrie : Lachance déçu, Pagé conciliant

Le représentant de Sherbrooke au conseil d’administration de Récup Estrie, Julien Lachance, estimait bel et bien qu’il était possible pour les citoyens sherbrookois de garder leurs matières recyclables à la maison pendant deux semaines. Le maire de Saint-Camille, Philippe Pagé, se montre conciliant en espérant que la Régie apprendra de ses erreurs.

Rappelons que les activités de tri des matières recyclables à Récup Estrie sont interrompues jusqu’au 14 juin pour l’installation de deux nouvelles lignes de tri optique. La Ville de Sherbrooke a choisi de poursuivre sa collecte de recyclage normalement. Ses matières seront donc mises en ballots et entreposées chez Récup Estrie. La Régie invitait plutôt les municipalités qui le pouvaient à interrompre temporairement leur collecte.

Le maire de Saint-Camille avait manifesté son mécontentement de voir un système à deux vitesses alors qu’il avait accepté de collaborer et que Sherbrooke n’emboîtait pas le pas.

« J’étais plutôt favorable à ce que les citoyens gardent les matières chez eux pendant ces deux semaines, ou du moins, à ce qu’on en fasse l’analyse, explique Julien Lachance. Ça nous apparaissait, au conseil d’administration, la meilleure façon de faire. Au départ j’étais craintif, mais en y repensant, j’étais favorable. Il est assez clair que c’est le maire qui a dit non. »

Steve Lussier affirmait jeudi que la décision de Sherbrooke avait été prise par la direction générale. Il confirmait que sa volonté était de poursuivre la collecte comme à l’habitude.

M. Lachance appuie les propos de son président, Pierre Avard, en mentionnant que la suspension des collectes n’est pas une décision, mais bien une recommandation de Récup Estrie. « J’aurais aimé que la Ville de Sherbrooke aille dans ce sens-là, mais je ne sentais pas que c’était une obligation. Personnellement, je vais garder mes matières recyclables chez moi. Comme élu, j’ai vécu une déception, mais j’assume que mon pouvoir se limite à défendre mon point auprès des autres élus. »

Sur sa page Facebook, le maire de Saint-Camille écrit pour sa part avoir parlé avec Pierre Avard pour faire le point. Il rapporte que Récup Estrie compensera les frais encourus par les municipalités qui ont collaboré à garder les matières recyclables chez elles. « Nous accueillons la nouvelle très positivement. »

Philippe Pagé ne se montre tout de même pas complètement satisfait de la gestion de cette situation. « De dire que la suspension du recyclage n’était pas une obligation, c’est de crier partout que le ciel est bleu. Le vivre-ensemble, ce n’est pas une obligation : il faut y mettre du sien », écrit-il. 

Il estime que la Régie envoie le message qu’elle « fonctionne au plus fort la poche, que si tu chiales, tu auras un service que les autres n’auront pas ». 

Il en profite aussi pour passer un message au maire de Sherbrooke, Steve Lussier. « D’ici la rencontre que le maire de Sherbrooke veut provoquer chez Récup Estrie, prétextant qu’il est toujours bien de se parler, j’espère que ce dernier aura pris conscience que ses caprices ont parfois des incidences très réelles sur notre région. Surtout que de se parler avant, c’est souvent mieux que de se parler après. »

Récup Estrie a commencé, vendredi, l’installation de deux nouvelles lignes de tri optique. Cette modernisation, au coût de 2,8 M$, vise à obtenir une meilleure qualité du papier récupéré. En conséquence, cette matière pourra probablement être réutilisée au Québec plutôt que d’être acheminée en Asie. Dans un communiqué, Récup Estrie estime qu’elle rentabilisera cet investissement rapidement grâce à la vente de son papier. Elle bénéficie d’ailleurs d’une aide financière de 500 000 $ de Recyc-Québec.

Récup Estrie sert les citoyens de Sherbrooke ainsi que ceux des MRC de Memphrémagog, Coaticook, du Haut-Saint-François, du Val-Saint-François et des Sources.