Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a décidé de procéder à l'inventaire des signes religieux dans ses établissements après qu'un patient du CHU de Québec se soit plaint de la présence d'un crucifix dans le hall d'entrée de l'hôpital du Saint-Sacrement.

Recensement des signes religieux au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Un inventaire des signes religieux est en cours depuis quelques jours dans l'ensemble des établissements du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.
Cette initiative de la direction du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, qui n'est pas en lien avec une directive du ministère de la Santé, a été prise à la suite des événements qui se sont produits récemment à Québec, où un patient s'est plaint de la présence d'un crucifix à l'entrée de l'hôpital du Saint-Sacrement. Le CHU de Québec a décroché le crucifix, pour finalement revenir sur sa décision controversée.
« L'incident à Québec a fait couler beaucoup d'encre, alors on s'est juste posé la question : quel est l'état de la situation au CIUSSS de l'Estrie-CHUS? », explique Annie-Andrée Émond, coordonnatrice des communications du CIUSSS.
« On a demandé de faire le recensement de nos signes religieux, parce qu'il n'y a pas seulement que des crucifix : il y a aussi des croix, des statues... » précise-t-elle.
Pour l'instant, l'opération a permis de constater que la majorité des signes religieux présents dans les établissements du CIUSSS de l'Estrie-CHUS se trouvent à l'intérieur ou à proximité des lieux de recueillement tels que les chapelles.
Annie-Andrée Émond assure qu'il n'est pas question, à l'heure actuelle, de déplacer ou de retirer certains signes religieux.
« Il s'agissait seulement de dresser un état de la situation global, mais pas dans un objectif de prise de décision », note-t-elle.