Le Théâtre Granada prépare une nouvelle programmation pour l’automne.
Le Théâtre Granada prépare une nouvelle programmation pour l’automne.

Rassemblements de 250 personnes: soulagement au Théâtre Granada

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Soupir de soulagement au Théâtre Granada à l’annonce de Québec d’augmenter la capacité maximale de personnes permises dans les lieux publics intérieurs et extérieurs.

« J’ai seulement envie de pleurer de joie depuis que le gouvernement du Québec a annoncé cette nouvelle. C’est un soulagement parce que je me sentais comme un capitaine de paquebot qui naviguait dans le brouillard sans mon équipage », illustre la directrice générale du Théâtre Granada, Suzanne-Marie Landry.

À ses yeux, cette annonce, qui permet de faire passer de 50 à 250 le nombre de personnes admises ans les lieux publics intérieurs et extérieurs, se manifeste comme un réel soulagement pour le milieu de l’industrie culturelle.

Elle ne cache pas que ce n’était pas évident financièrement puisque la vie n’arrête pas. Suzanne-Marie Landry souligne que les personnes à l’entretien ménager, à la billetterie et à la comptabilité n’ont pas arrêté de travailler malgré la situation pandémique.

« Nous étions quatre pour maintenir le fort et avec cinquante personnes seulement nous savions qu’on ne se dirigeait nulle part », mentionne la directrice générale.

La directrice générale du Théâtre Granada, Suzanne-Marie Landry

Le Théâtre Granada prépare une nouvelle programmation pour l’automne. Différente, mais fort intéressante estime d’ailleurs la directrice générale du théâtre patrimonial situé au centre-ville de Sherbrooke.

Le gouvernement du Québec rappelle toutefois que cette modification ne change rien au respect des règles et des consignes sanitaires connues et établies. Particulièrement celle qui concerne la distanciation physique.

Pour le Théâtre Granada ce n’est pas un problème puisque l’équipe a déjà configuré la salle de manière qu’elle respecte les deux mètres de distance. Des corridors ainsi que des plexiglas complètent notamment les mesures mises en place depuis le mois de mai.

« Nous avons même des thermomètres d’aéroport pour prendre la température des gens à l’entrée. Nous avions mis en place tout ce qui était nécessaire dans l’éventualité que nous pouvions accueillir plus de personnes. »