Le Festival des traditions du monde reçoit la plus grosse contribution de la Ville de Sherbrooke, avec 146 123 $, contre 144 871 $ pour la Fête du lac des Nations.

Quinze événements se partagent 765 884 $

Une quinzaine d’événements se partagent une aide financière de la Ville de Sherbrooke de 765 884 $. C’est le Festival des traditions du monde qui reçoit la plus grosse contribution, avec 146 123 $, contre 144 871 $ pour la Fête du lac des Nations.

La Ville s’était dotée en 2018 d’un nouveau cadre pour évaluer la somme à allouer à chacun des événements. Lors du dernier budget, l’enveloppe 2019 avait été bonifiée de 118 700 $ pour actualiser le financement en fonction de ce cadre de référence.

Tous les événements ont été évalués en fonction de huit grands critères, dont l’envergure, l’accessibilité, la consommation locale et responsable, la sécurité et la créativité et l’innovation.

Outre le Festival des traditions du monde et la Fête du lac des Nations, le Carnaval de Sherbrooke reçoit 131 000 $ alors que tous les autres événements obtiennent une aide financière variant de 6250 $ à 71 106 $.

La conseillère Annie Godbout aimerait avoir une vision sur trois ans de l’aide fournie à chacun des événements. « On avait demandé un cadre de référence pour que ce soit pour les élus un outil d’aide à la décision. On nous a exposé les budgets pour 2019, mais j’aurais aimé qu’on nous présente les montants sur trois ans pour voir l’impact du cadre de référence sur le financement de ces événements. J’aimerais aussi qu’on puisse faire du balisage avec les événements des autres villes du Québec, dans des villes comparables à Sherbrooke, pour qu’on voie comment on se situe. Ce sont des générateurs d’attraction importants et c’est important qu’on soit là en soutien et d’avoir un portrait juste de ce qui se fait à l’échelle du Québec. »

Le conseiller Pierre Tremblay a invité ses collègues à garder l’œil ouvert pour continuer d’évaluer la pertinence de chacun des événements dans les années à venir. Son collègue Vincent Boutin espère que le conseil continuera de disposer d’une flexibilité dans l’octroi d’une aide financière.

« Lorsque nous avons voté la grille, j’avais dit que c’est correct d’avoir un outil de plus dans l’aide à la réflexion, mais je ne veux pas qu’on soit au service de la grille. C’est un outil et ça doit rester un outil. Dans les événements qu’on aide, chacun a ses particularités. Souvent, il y a des décisions historiques qui expliquent les montants qui sont alloués. Je ne veux pas qu’on perde ce caractère distinct de chaque événement et qu’on nivelle tout le monde égal. C’est important qu’on ait cette latitude d’évaluer comment les événements vont se développer. »

Le maire Steve Lussier a ajouté que cet argent est bien investi en raison des retombées anticipées.

À noter qu’une somme de 12 000 $ pourrait bénéficier à deux événements qui sont toujours en cours d’évaluation. La Fête nationale, elle, reçoit 10 300 $ en plus des 16 250 $ provenant de la Division des sports et des événements.

Aucune diminution de financement n’est prévue pour au moins les deux prochaines années.