Sylvain-Claude Filion dit avoir fait les premières démarches pour sécuriser ce passage piéton il y a deux ans.

Quelques mois après avoir averti son conseiller municipal, un homme se fait happer à Lennoxville

Cinq mois après avoir averti par courriel son conseiller municipal Claude Charron qu’un passage piétonnier était dangereux sur la rue Queen près de la rue Academy, un citoyen de Lennoxville s’est fait frapper par un véhicule exactement à cet endroit.

« Je suis très fâché, témoigne Sylvain-Claude Filion qui, par miracle selon lui, s’en est tiré sans fracture. Je me demande si je vais les poursuivre. J’ai écrit une belle grande lettre au mois de mai. J’ai expliqué qu’il fallait faire quelque chose et j’ai fait trois suggestions. Un monsieur de la Ville a fini par m’appeler pour me dire qu’on ne pouvait pas éclairer plus à cause de la pollution lumineuse. Une dame m’a aussi appelé pour me dire que des études sont faites par le MTQ. [...] J’entendais tout le monde dire qu’ils ne m’ont pas vu. S’ils ne nous voient pas, que la Ville fasse quelque chose pour qu’ils voient! »

« Le SPS m’a aussi dit qu’ils allaient augmenter la surveillance, poursuit-il. Moi je marche sur la rue Queen deux fois par jour et je n’ai jamais vu une voiture de police de ma vie. »

Selon lui, environ 60 % des véhicules ne s’arrêtent pas lorsqu’un piéton s’engage sur ce passage. « Ils roulent environ à 70 km/h. Plusieurs fois, je marche avec ma canne et mon chien, je suis rendu au milieu de la rue et une voiture me passe à un pied de la face », commente l’homme, visiblement furieux. 

Et c’est exactement ce qui est arrivé lundi. « J’ai traversé, j’étais rendu à la ligne jaune lorsqu’un pick-up m’est passé dans la face à 70 km/h. Je me suis retourné pour lui crier quelque chose. Une voiture juste derrière lui, qui devait rouler pas mal vite, m’est rentrée dedans. J’ai juste entendu les freins et j’ai revolé sur le parebrise. Je n’ai pas perdu conscience, je n’ai pas subi de commotion cérébrale. »

Cependant, l’homme ne s’en est pas sorti indemne. « J’ai des ecchymoses, j’ai des douleurs atroces à la jambe, des enflures. Je peux à peine me déplacer. J’ai demandé à un voisin de sortir mon chien et de m’acheter des cigarettes. Je prends ça au jour le jour », dit l’homme qui, au moment de l’entrevue, attendait toujours ses médicaments.  

Le conseiller municipal Claude Charron se défend de ne rien faire. « Regardez en face du Provigo, on a mis un meilleur éclairage. Quand une voiture avec des lumières D.E.L. arrive en sens inverse, on ne voit vraiment pas les piétons. On met de l’éclairage, mais ça ne fait pas de grosses différences. Le passage problématique en premier lieu, c’est celle près du pont. Les autres, on a peut-être reçu des plaintes, mais pas de manière systématique », explique le conseiller, qui avait transféré le dossier aux services concernés en mai dernier. 

De son côté, le Service de police de Sherbrooke confirme qu’un homme a subi des blessures mineures après s’être fait renverser par un véhicule qui n’avait pas vu le piéton.