Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Quatre autres décès et stabilité des nouveaux cas

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Article réservé aux abonnés
On observe une certaine stabilité des nouveaux cas de COVID-19 en Estrie depuis les derniers jours. Lundi, les autorités de la Santé publique faisaient état de 124 personnes infectées au cours des 24 dernières heures, pour un total de 8392 Estriens.

Rappelons que du 31 décembre au 2 janvier, on avait répertorié 389 nouveaux cas, pour une moyenne quotidienne d’environ 130 cas.

Le nombre de décès a augmenté de quatre, pour un total de 183 victimes. Ces nouveaux décès sont survenus à la ressource intermédiaire Haut-Bois, de Sherbrooke, au CHSLD Marie-Berthe-Couture, de Granby, au CHSLD Villa-Bonheur, de Granby, et un supplémentaire dans la communauté.

Pas moins de 54 des 74 lits réservés à la COVID-19 dans le réseau hospitalier estrien sont occupés. Aux soins intensifs, 9 personnes sont hospitalisées pour combattre cette maladie.

Au chapitre de la vaccination, 1438 travailleurs de la santé ciblés ont reçu le vaccin, ajoute-t-on.

Vacanciers

Questionné concernant le retour des vacanciers partis dans le sud durant les Fêtes, le CIUSSS de l'Estrie – CHUS mentionne que la Loi sur la quarantaine est de juridiction fédérale. « Ce n'est pas à la Direction de santé publique de notre établissement de faire enquête sur les situations de non-respect d'une quarantaine imposée lors d'un retour de voyage », précise Marie-France Thibeault, du service des communications.

« Lorsqu'une situation inquiétante se déroulant sur notre territoire est portée à l'attention de la Direction de santé publique, cette dernière en informe l'équipe de conformité de l'Agence de la santé publique du Canada, laquelle collabore habituellement avec les services policiers locaux pour faire appliquer les paramètres de cette loi. »

Le bris d'une quarantaine, peu importe le motif, n'est pas endossé par la Direction de santé publique, ajoute Mme Thibeault. « Cela peut mettre à risque la santé et la sécurité d'autres personnes surtout celles qui pourraient être plus vulnérables aux conséquences de la COVID-19 », dit-elle.