QS veut «faire sortir le vote des jeunes»

Sherbrooke — Avec à sa tête Gabriel Nadeau-Dubois, l’Opération campus de Québec solidaire s’est arrêtée sur le campus de l’Université de Sherbrooke mercredi matin avec pour objectif de «faire sortir le vote des jeunes» en vue des élections du 1 er octobre.

Flanqué des candidats Kévin Côté (Saint-François) et Christine Labrie (Sherbrooke), M. Nadeau-Dubois a profité de son passage sur le campus de l’UdeS pour lancer un appel à la mobilisation des jeunes.

Lire aussi: Québec solidaire: «On joue dans la même ligue»

Québec solidaire promet d'éradiquer la corruption

Québec solidaire attire les foules à Québec

«On sait malheureusement que ma génération a eu la mauvaise habitude dans les dernières années d’aller assez peu voter, a-t-il reconnu. À Québec solidaire, on veut inverser cette tendance-là. Pourquoi? Parce qu’on sait que nos idées, notamment en matière d’environnement, de lutte aux changements climatiques, ça résonne chez les jeunes.

«On pense que le vote des jeunes peut faire une différence pour Québec solidaire, particulièrement ici dans Sherbrooke où Christine a déjà un fort appui chez les étudiants et chez les étudiantes. Ça s’est d’ailleurs reflété lors du débat qui a eu lieu ici à l’université», a-t-il ajouté.

Christine Labrie a indiqué que son organisation a déjà fait parvenir 4000 dépliants à tous les électeurs de Sherbrooke qui voteront pour la première fois cette année afin qu’ils comprennent l’importance d’exercer leur droit de vote.

«Évidemment, nous on les encourage fortement à voter dans Sherbrooke. Quand on s’installe dans une ville pour nos études, ça vaut la peine de se choisir un député qui va être conscient du fait que Sherbrooke est une ville universitaire. Il y a 20 pour cent de la population de Sherbrooke qui sont des étudiants. Ça prend un député qui est très conscient de ça et pour ça, il faut que les étudiants sortent pour aller voter», a précisé Christine Labrie.

Candidat dans Saint-François, Kévin Côté a indiqué que les étudiants du campus de la santé ainsi que celui du Cégep de Sherbrooke seront aussi appelés à  voter:

«Aujourd’hui, ce qu’on fait, c’est de recueillir des signatures d’appui pour la gratuité. Notre but, c’est vraiment d’identifier nos sympathisants pour les faire sortir le jour du vote sur le campus», a expliqué Kevin Côté.

Ce dernier a rappelé que le vote sur les campus se tiendra sur quatre jours, soit les 21, 25, 26 et 27 septembre. Des bureaux de vote seront installés sur le campus principal de l’Université de Sherbrooke, celui de la santé, ainsi qu’au Cégep de Sherbrooke.

Invitée à expliquer pourquoi les jeunes sont peu enclins à voter à chaque élection, Christine Labrie estime qu’il s’agit souvent d’une question d’enjeux:

«Les politiciens s’adressent assez peu aux jeunes en général. Ils parlent assez peu des choses qui préoccupent les jeunes comme l’éducation et l’environnement. Là, ils voient qu’on en parle et ça les rejoint. On le sent beaucoup à Sherbrooke. Moi, c’est quand je parle d’environnement que je rejoins les jeunes. Pendant ce temps-là, les autres politiciens n’en parlent pas. Donc, ça ne les intéresse pas.»

De son côté, Gabriel Nadeau-Dubois a indiqué que la volonté de changement qui s’exprime de plus en plus clairement dans les sondages favorise Québec solidaire.

«Je vous rappelle qu’au printemps dernier, il y avait 600 personnes ici à Sherbrooke réunies pour appuyer la candidature de Christine. On était près de 1000 personnes vendredi dernier à Québec. Il y a une mobilisation de Québec solidaire sans précédent, partout au Québec. Et ça va certainement se traduire par des élus de Québec solidaire à l’extérieur de Montréal, j’en suis convaincu.»