Emmanuel Breton

Protection de la jeunesse : l'APTS attend les mesures concrètes

La création de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse est bien reçue par l’APTS en Estrie, le syndicat qui représente une majorité des intervenants psychosociaux qui travaillent en protection de l’enfance. En attendant, réitère-t-on cependant, on attend toujours des mesures concrètes de la part du directeur de la protection de la jeunesse en Estrie pour que les choses changent « maintenant ».

« Nous sommes très contents que ce soit une commission à large spectre, qui n’inclura pas seulement la protection de la jeunesse mais aussi tous les acteurs de la première ligne comme les CPE, le milieu scolaire, les CLSC... » soutient Emmanuel Breton, représentant national de l’APTS en Estrie.

À lire aussi: Legault souhaite un «avant Granby et un après Granby». 

Protection de la jeunesse: une conseillère juridique relève quatre cas troublants

« Aussi, c’est une très bonne chose que ce soit une commission non partisane. Quand c’est partisan, les risques que les travaux de la commission soient tablettés avec un changement de gouvernement sont moins importants », ajoute M. Breton.

Le premier ministre François Legault a aussi mentionné que des recommandations pourraient être données par la présidente de la commission Régine Laurent en cours de route et appliquées sans plus attendre. « Là aussi nous avons hâte de voir parce qu’il faut que les choses changent très vite », mentionne-t-il.

Les choses doivent changer vite, insiste-t-il, parce qu’un mois jour pour jour après le décès de la petite fille de Granby, les actions concrètes ne sont pas encore venues de la part du directeur de la protection de la jeunesse en Estrie par intérim Alain Saint-Pierre.

« Ce qui a été fait, c’est d’aller chercher des travailleuses enceintes pour les réaffecter aux signalements et des retraités sont venus prêtre main forte aux équipes. Ça, c’est fait. Mais ça ne suffit pas encore, parce que le nombre de signalements a explosé depuis Granby, passant de 100 à 162 par semaine », souligne Emmanuel Breton.

« Nous avons rencontré le nouveau directeur de la protection de la jeunesse (Alain Saint-Pierre) jeudi matin et nous avons senti une belle écoute, vraiment, je pense qu’on peut se fier à lui. Mais un mois après le drame, rien n’a changé. Le nouveau directeur a beaucoup de belles intentions, et si elles se transforment en actions, ça va faire de belles choses », souligne Emmanuel Breton.

Pendant ce temps, l’équipe de la protection de l’enfance de Granby continue son travail sur le terrain au jour le jour malgré toute la pression ressentie sur le milieu. 

« Après un mois, on sent que la poussière retombe. L’équipe de Granby a reçu un très bon support dès le premier jour. L’employeur a été là, nous aussi nous avons été là, il y a eu des offres de prolonger l’accès au programme d’aide aux employés pour le soutien psychologique. La situation a été gérée de main de maître, il faut le dire. Mais ça reste quand même une situation difficile pour une équipe qui est en souffrance depuis longtemps », conclut le représentant national de l’APTS.