La Ville de Sherbrooke procédera à une distribution d’arbres et d’arbustes les 26 mai et 2 juin pour venir en aide aux propriétaires riverains.

Propriétaires riverains : sursis et don d’arbustes

Les citoyens dont le terrain est traversé par un cours d’eau ou qui demeurent en bordure d’une rivière ou d’un lac disposeront d’une année de plus pour remettre les rives dans leur état naturel. La Ville de Sherbrooke procédera par ailleurs à une distribution d’arbres et d’arbustes les 26 mai et 2 juin pour venir en aide aux propriétaires.

« Cette exigence est inscrite au schéma d’aménagement depuis 2014. La Ville exige la remise en état partielle des berges, soit les cinq premiers mètres. Il ne s’agit pas que d’arrêter la tonte du gazon, mais il faut replanter des espèces indigènes, soit des arbres, des arbustes ou des plantes aquatiques. La règlementation disait qu’il fallait terminer la revégétalisation au 31 octobre 2018. Nous proposons de donner un an de plus pour effectuer ces travaux », explique sommairement Michael Howard, directeur adjoint au Service de la planification urbaine et du développement durable à la Ville.

Le règlement de la Ville de Sherbrooke, qui touche environ 3500 propriétés, stipule qu’il faut permettre aux espèces herbacées de repousser sur la rive, de planter des arbres et arbustes indigènes et de recouvrir les murs de soutènement de vigne vierge ou de vigne de rivage. Les travaux de plantation requièrent un certificat d’autorisation municipal qui est délivré gratuitement.

« Nous invitons les citoyens à la distribution d’arbres et d’arbustes les 26 mai et 2 juin, entre 9 h et midi, au centre Jean-Charles-Côté (555, rue des Grandes-Fourches) et à assister à une séance d’information. Il y aura des ateliers pour expliquer aux gens comment faire cette réhabilitation. Un guide leur sera remis, de même que leur certificat d’autorisation. L’an prochain, nous verrons s’il est pertinent d’effectuer une autre activité de don. »

Michael Howard reconnaît que la remise en état des rives peut être coûteuse. « Nous avons donc fait un appel d’offres général avec notre service d’arboriculture, ce qui fait que nous pouvons acheter des végétaux à très faible prix et les donner à nos citoyens. Ça fait partie de nos budgets annuels dans nos plans d’action pour la qualité de l’eau. Le don des arbustes coûtera moins de 25 000 $. »

La patrouille verte a recensé l’an dernier le long de la rivière et du lac Magog qu’environ 50 % des citoyens ont déjà commencé à revitaliser leurs berges. « On pense que près des petits cours d’eau, le travail sera moindre. Ce sont de plus grandes propriétés en milieu rural où on trouve déjà des plantes, des arbres et des arbustes indigènes. »

Les propriétaires concernés par la règlementation recevront un appel téléphonique automatisé. Une lettre et un guide leur seront distribués par la poste dans les prochaines semaines. Des renseignements sont disponibles au sherbrooke.ca/rives

Selon les documents de la Ville, la remise en état des rives contribue à offrir un habitat naturel à de nombreux petits mammifères et aux oiseaux, en plus d’offrir une zone ombragée pour une eau plus fraîche. Les végétaux maintiennent aussi les sols en place en empêchant la rive de s’effriter et de se détériorer.