Évelyne Beaudin
Évelyne Beaudin

Projet du chemin Rhéaume: Sherbrooke Citoyen en mode offensive

Jonathan Custeau
Jonathan Custeau
La Tribune
Sherbrooke Citoyen lance une offensive pour la protection du milieu naturel du Ruisseau-Rouge, visé par un projet résidentiel de 50 maisons près du chemin Rhéaume, dans le district de Saint-Élie. Si une consultation publique sera organisée par la Ville le 24 février prochain, elle ne portera pas sur la construction résidentielle elle-même, mais plutôt sur l’emplacement de la rue qui donnera accès au quartier.

Dans un communiqué et dans une vidéo publiée sur Facebook, Sherbrooke Citoyen invite la population à se présenter à la consultation du 24 février, à 18 h 30, au bureau de l’arrondissement de Brompton-Rock Forest-Saint-Élie-Deauville.

À LIRE AUSSI: 50 maisons dans une zone au potentiel écologique très fort

La militante Catherine Boileau, qui s’est fait connaître dans la lutte pour la conservation du parc Willie-Bourassa-Auger, affirme que c’est un milieu naturel « encore plus grand et plus fragile qui est en cause ». « En 2020, on ne devrait plus accepter que des développements immobiliers se fassent au péril de la biodiversité », ajoute-t-elle.

Évelyne Beaudin rappelle pour sa part que plusieurs élus ont signé l’Alliance Ariane contre l’étalement urbain et que ce projet favorise justement l’étalement urbain.

« Les sorties d’argent risquent d’être bien plus importantes que les potentielles entrées d’argent quand on considère tous les coûts indirects liés à l’étalement. D’autant plus que nous n’avons aucune garantie de succès pour le projet immobilier… Qui va vouloir acheter une maison luxueuse sur un terrain où il y a des nuisances de bruit importantes? », dit-elle en référence aux drags Saint-Élie, situés à proximité.

Elle estime, à l’aide d’une règle de trois, que le déboisement dans le projet pourrait atteindre 200 000 mètres carrés en incluant 3000 mètres carrés par maison, en plus d’un bassin de rétention et de l’espace nécessaire pour la rue.

Au Service des communications de la Ville de Sherbrooke, on précise que la consultation publique portera uniquement sur un changement de zonage nécessaire à la construction de l’entrée véhiculaire donnant accès à la rue où se trouveront les 50 nouvelles maisons. Le plan de lotissement, lui, a été approuvé et ne nécessite pas d’approbation référendaire de la part des citoyens.

Autrement dit, si les citoyens rejetaient le changement de zonage proposé, le projet ne pourrait pas être adopté avec la voie véhiculaire prévue, mais le développement résidentiel serait toujours conforme au schéma d’aménagement. Les promoteurs devraient alors trouver un autre moyen d’avoir accès au terrain.

« Si le changement de zonage n’est pas accepté, il n’y a pas de projet, parce qu’en ce moment, il n’y a pas de rue qui peut être construite », réagit Évelyne Beaudin. « Ce projet-là, c’est tout ce qu’on ne veut pas rassembler dans un seul projet. »