Le lauréat Nicolas Van Caloen de Mycotrophe
Le lauréat Nicolas Van Caloen de Mycotrophe

Programme GEST : 30 000$ pour trois projets écologiques de la région

Sabrina Lavoie
Sabrina Lavoie
La Tribune
Parmi les dix projets finalistes du programme de financement GEST, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en région, trois lauréats ont retenu l’attention des membres du jury. Il s’agit de l’éco-entreprise Mycotrophe, le Mouvement « J’y participe » ainsi que l’organisme Les AmiEs de la Terre.

La champignonnière Mycotrophe, située à Frelighsburg, s’est d’abord vu remettre un prix de 12 500 $ pour avoir mis en place un système agricole de recyclage de CO2 et de biochaleur en vue d’alimenter ses serres.

« Je suis sûr et convaincu que tous les projets qui ont été présentés sont pertinents », a laissé entendre le propriétaire de l’éco-entreprise Nicolas Van Caloen, lors de l’annonce qui s’est faite virtuellement vendredi après-midi.

« Je tiens à féliciter tout le monde pour cette démarche mise en place pour favoriser la transition écologique et la récupération du gaz carbonique qui nous permet d’aller vers une société qui fait honneur à notre intelligence collective », a-t-il lancé.

Le second récipiendaire d’un montant de 12 500 $ est le Mouvement « J’y participe » déployé par les municipalités d’East Angus, de Dudswell et de Weedon. En collaboration avec la MRC du Haut-Saint-François, les trois municipalités ont créé du contenu éducatif en lien avec la gestion des matières résiduelles pour les citoyens de la région.

Finalement, un troisième lauréat « coup de cœur » a été annoncé en direct. Les AmiEs de la Terre de l’Estrie se sont vu remettre un montant de 5 000 $ en guise de soutien et d’encouragement pour leur projet « Ton épicerie à Vélo-Cargo ».

À gauche : Le lauréat Nicolas Van Caloen de Mycotrophe ; au centre : Daphnée Carmel de la Ville de East Angus, accompagnée des mairesses Mariane Paré (Dudswell) et Lyne Boulanger (East Angus) ainsi que le maire de Weedon, Richard Tanguay ; à droite : David Maurice des AmiEs de la Terre.

Le jury, composé d’une dizaine de personnes, explique avoir misé sur les critère de l’originalité, du potentiel de réduction des émissions de GES et de l’influence possible sur les comportements de clientèles ciblées.

L’initiative, portée par la Fondation estrienne en environnement en partenariat avec le Conseil régional de l’environnement de l’Estrie et d’autres partenaires, soutient de nouveaux projets de réduction des GES dans les entreprises de moins de 100 employés et les municipalités situées dans les Cantons-de-l’Est.

« Parallèlement à la crise sanitaire, la lutte aux changements climatiques constitue actuellement la problématique principale pour assurer le bien-être de nos sociétés. À notre échelle régionale, le Programme GEST illustre la diversité des approches pouvant être déployées pour réduire les émissions de GES et favoriser cette nécessaire transition », explique Alain Webster, président de la Fondation estrienne en environnement.