La Tribune
Intervenante auprès des travailleuses du sexe au CALACS de l’Estrie, Marie-Michèle Whitlock estime qu’à travers cette crise sanitaire, il est temps de mettre en place un programme d’aide pour les aider à se sortir de ce milieu.
Intervenante auprès des travailleuses du sexe au CALACS de l’Estrie, Marie-Michèle Whitlock estime qu’à travers cette crise sanitaire, il est temps de mettre en place un programme d’aide pour les aider à se sortir de ce milieu.

Programme d’aide réclamé pour les travailleuses du sexe

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
 « Ce n’est pas par choix que les travailleuses du sexe continuent à offrir leurs services. C’est parce qu’il y a une demande et surtout parce que souvent elles y sont contraintes. »