Devant faire face à une baisse importante des ventes publicitaires, le réseau Rythme FM doit mettre à pied temporairement son personnel des stations régionales, ce qui inclut l’antenne sherbrookoise du 93,7.
Devant faire face à une baisse importante des ventes publicitaires, le réseau Rythme FM doit mettre à pied temporairement son personnel des stations régionales, ce qui inclut l’antenne sherbrookoise du 93,7.

Programmation réseau à Rythme FM à partir de lundi

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Devant faire face à une baisse importante des ventes publicitaires, le réseau Rythme FM doit mettre à pied temporairement son personnel des stations régionales, ce qui inclut l’antenne sherbrookoise du 93,7.

À partir de lundi matin et pour « les prochaines semaines », l’ensemble de la programmation proviendra de la station de Montréal, a confirmé à La Tribune la directrice des communications de Cogeco Média, Christine Dicaire.

À LIRE AUSSI: La Presse sabre dans les salaires; pertes d'emplois chez Cogeco Média

Jeudi noir dans les médias à Gatineau

« Ça touche malheureusement 130 employés », commente-t-elle, sans pouvoir chiffrer le nombre de personnes qui se retrouveront au chômage à Sherbrooke.

« J’insiste, c’est une décision temporaire. Nous reviendrons à la normale le plus tôt possible. »

Mme Dicaire confirme du même coup qu’aucun changement n’est signalé du côté de la station sœur du 107,7 FM, une radio parlée de la même entreprise et qui occupe les mêmes locaux sur le boulevard de Portland.

Les bulletins de nouvelles qui seront entendus à Rythme FM Sherbrooke seront produits localement, assure-t-elle.

Chez Cogeco Média, qui exploite un réseau de 23 stations radiophoniques au Québec et en Ontario, on mettra temporairement à pied 130 personnes - environ 25 % de l’effectif total. Annoncée jeudi, la décision concerne des employés dans les secteurs des ventes, de la comptabilité et des promotions.

Notons que les émissions du matin, de l’avant-midi et de l’après-midi sont habituellement diffusées depuis les studios de Sherbrooke.

« C’est une décision économique. Comme pour plusieurs autres médias, nous faisons face à une baisse du volume de publicités », plaide Christine Dicaire.

« Il n’y a pas de changement au 107,7 FM. Les gens demandent des nouvelles et des faits vérifiés avec tout ce qui se passe dans l’actualité. »

Mme Dicaire ne peut pas avancer de date pour le retour à la normale à l’antenne. « Nous espérons que ça se fera le plus rapidement possible », lance-t-elle.