Le père Noël était de passage à Sherbrooke dimanche.

Prière pour un miracle de Noël [VIDÉO]

Qu’as-tu demandé au père Noël? « Rester ici », souhaite Gabriella Batalla-Charris, qui risque de devoir quitter Sherbrooke avec sa famille mercredi si le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration, Simon Jolin-Barrette, n’utilise pas son pouvoir discrétionnaire pour donner un sursis au clan.

Avec sa pancarte « Merci Sherbrooke », la famille a marché avec le Buffet des continents tout au long du défilé du père Noël, qui en était à sa 18e édition. « C’est un merci à tout le monde qui nous soutient pour qu’on reste ici, commente la maman de la famille, Carolina Batalla. Les enfants étaient très contents de voir toutes les personnes qui sont ici au défilé. »

À LIRE AUSSI: Plusieurs villes adaptent leur défilé du père Noël pour les autistes

Le défilé du père Noël dans la lentille de notre photographe [PHOTOS]

« Beaucoup de personnes nous ont parlé, nous encouragent », explique son mari, Normando Charris. 

« Courage : c’est le mot que les gens nous disent tout le temps, enchaîne Mme Batalla. Je suis surprise. Nous sommes des personnes sociables. On connaît beaucoup de personnes qui sont avec nous. C’est une bonne émotion pour nous », affirme-t-elle, assurant que sa famille et elle croient au miracle de Noël. 

D’ailleurs, les Sherbrookois ont encore démontré leur amour aux Batalla-Charris au défilé du père Noël, dimanche après-midi. Ils ont signé 1000 étoiles en carton qui ont été déposées dans les arbres qui longent l’allée qui mène à l’hôtel de ville.

« C’est au-delà de nos espérances, convient Audrey Pinsonneault-Grenier, qui a demandé à ce que la famille puisse marcher lors du défilé et qui a organisé la signature des étoiles. J’espère qu’ils se sentent aimés, appuyés et qu’ils ne sont pas seuls dans ce qu’ils vivent. Ils savent qu’il y a plusieurs travailleurs de l’ombre qui font tout ce qu’ils peuvent pour transmettre leurs messages aux instances politiques pertinentes. Il reste 72 heures avant qu’ils quittent, on est en train d’y mettre la gomme. Plusieurs bureaux politiques doivent s’attendre à recevoir des appels lundi [...] Je suis certaine que Simon Jolin-Barrette veut être le père Noël. »

Le maire de Sherbrooke se réjouit de la solidarité dont font preuve les Sherbrookois. « C’est tout à fait normal. Les gens sont ici depuis déjà cinq ans. La famille s’est implantée. Il faut suivre [cette situation] de près. Il n’est pas normal qu’après cinq ans, comme il manque de la documentation, on décide de retourner ces personnes ailleurs. On a besoin de ces personnes ici, je demande un peu de solidarité des gouvernements pour les soutenir et les garder ici », martèle le maire, souhaitant aussi le miracle de Noël.

Des Sherbookois heureux

Selon Steve Lussier, plus de 30 000 personnes se sont rassemblées le long des rues King Est et Wellington Nord, dimanche après-midi, pour assister au défilé. Celui-ci estime que l’événement « est un succès sur toute la ligne ». 

Les plus jeunes, eux, ont pu voir les troupes sherbrookoises danser, les camions klaxonner et bien sûr, ils ont pu envoyer la main au vrai père Noël. « Je suis venue pour voir le père Noël, avoue Léa Leclerc, 8 ans, tout sourire. Je lui ai demandé un bébé chat. Je crois qu’il va me le donner », affirme-t-elle, assurant qu’elle a été sage au cours de l’année.

« C’est très beau, j’ai aimé ça, commente pour sa part la mère de Léa. Ça fait quelques années qu’on n’était pas venus. C’était mieux cette année. La température était parfaite, il ne faisait pas froid. Ils étaient généreux, donnaient des biscuits. Je compte revenir l’an prochain même s’il ne fait pas beau, on va s’arranger! »