La toiture de l'aréna Eugène-Lalonde devra subir quelques travaux mineurs pour éviter des dégâts d'eau.

Près de 72 000 $ pour d'autres réparations à Eugène-Lalonde

Les sommes non dépensées pour la réfection de la dalle de béton à l'aréna Eugène-Lalonde permettront de procéder à des travaux urgents sur le toit du bâtiment. Le solde résiduel de 71 910 $ disponible sera affecté à l'installation d'une membrane sur le parement métallique.
Selon le sommaire décisionnel publié par la Ville de Sherbrooke, « un constat de malfaçon datant à première vue de 1982 lors de la construction d'origine de l'aréna a été relevé par un manquement important et inadéquat sur l'installation de l'isolant à la jonction du parapet sur une longueur d'au moins 107 mètres, fragilisant ainsi la membrane d'étanchéité et la rendant vulnérable à la fissuration dans un délai rapproché. »
Selon Guylaine Boutin, directrice du Service de l'entretien et de la voirie à la Ville de Sherbrooke, ce défaut ne représente aucun danger pour les utilisateurs du bâtiment. « On parle davantage de risques de dégâts d'eau. La membrane ne se rend pas jusqu'où elle devrait se rendre selon les normes d'aujourd'hui. Considérant l'âge de l'édifice, il est normal d'être rendu à refaire des travaux. »
Mme Boutin affirme que l'aréna Eugène-Lalonde n'est pas considéré comme un bâtiment à problème par la Ville de Sherbrooke. « Il n'est pas différent des autres datant du début des années 1980. »
Inventaire
Un appel d'offres a néanmoins été lancé pour connaître l'état d'environ 25 bâtiments appartenant à la Ville de Sherbrooke, dont l'aréna Eugène-Lalonde et le centre Julien-Ducharme. « Le parc immobilier a atteint une certaine maturité. Nous voulons faire le point pour nous doter d'un plan d'intervention. »