Diane Girouard, une instigatrice du projet, Guy Hardy, député de Saint-François, Steve Lussier, maire de Sherbrooke, Marie-Claude Bibeau, ministre fédérale du Développement international et de la Francophonie et Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie

Première pelletée pour L’AncrÂge

Une structure d’entraide peut changer la vie des personnes âgées. C’est l’objectif derrière la Maison l’Ancrâge, un projet d’habitation qui comprendra 20 logements abordables dans un environnement dynamique et coopératif.

La Maison L’AncrÂge est un projet initié par la coopérative d’habitation de la Rive Gauche.

« L’idée d’un regroupement pour vieillir ensemble a germé après de nombreuses années d’expérience auprès d’une clientèle âgée, et des impacts sociaux du phénomène du vieillissement de la population. L’entraide intergénérationnelle est donc un élément primordial, et c’est dans cet état d’esprit que nous avons voulu instaurer un milieu de vie qui pourrait pallier des problèmes anticipés », a expliqué Diane Girouard, une des instigatrices du projet, qui a aussi mis en lumière l’importance d’un milieu stable et adaptable pour les ainés.

Les travaux de construction nécessitent des investissements de 3 millions. Les gouvernements du Canada et du Québec, par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) et de la SHQ, versent près de 1,2 million $.

La SHQ soutient le projet en garantissant un prêt de 1,5 million $ comme source de financement complémentaire.

« Je suis fier aujourd’hui d’annoncer un projet qui va bénéficier aux gens de chez nous. Des logements sûrs, abordables, stables c’est primordial pour le bien-être de notre communauté. Ça s’inscrit dans la stratégie globale du logement pour laquelle on avait annoncé 40 milliards de dollars sur dix ans », a lancé Marie-Claude Bibeau, ministre fédérale du Développement international et de la francophonie.

La moitié des nouveaux résidents bénéficieront du Supplément au loyer de la SHQ, ce qui fera en sorte qu’ils ne devront débourser que 25 pour cent de leur revenu pour se loger.

« Les coopératives d’habitation favorisent la participation citoyenne et l’inclusion sociale par la responsabilisation de l’exercice démocratique et l’entraide. Je suis persuadé que des initiatives comme celle-ci favorisent le vieillissement actif de nos ainés » a ajouté Steve Lussier, maire de Sherbrooke.  

L’infrastructure a été réfléchie afin d’offrir des espaces adaptables dans le temps afin de pouvoir répondre aux besoins de locataires, et ce, en respectant les normes de certification Novoclimat.

Guillaume Brien, directeur général de la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie, estime que les coopératives agissent comme de véritables « antidotes au vieillissement ».