Premier jour de grève, lundi, dans les services de garde de la FIPEQ

Une première journée de grève générale dans les services de garde affiliés à la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) est déclenchée ce lundi.
Le syndicat reproche au ministère de la Famille son manque d'ouverture dans les négociations.
La FIPEQ, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), représente près de 14 000 des 15 000 éducatrices de services de garde en milieu familial, qui accueillent environ 92 000 enfants.
Les principaux points en litige concernent le salaire des responsables et la place réservée aux bureaux coordonnateurs, qui sont notamment responsables de la gestion des subventions gouvernementales et de la répartition des places.
Le syndicat ajoute que les responsables de services de garde en milieu familial travaillent environ 50 heures en présence des enfants mais qu'elles touchent le même salaire que leurs consoeurs qui oeuvrent pendant 35 heures en centres de la petite enfance (CPE).
La convention collective des membres de la FIPEQ est échue depuis le 30 novembre.
Pour leur part, les garderies privées subventionnées du Québec, mécontentes elles aussi, ont récemment indiqué qu'elles prévoyaient fermer leurs portes pendant cinq jours non consécutifs cet été afin d'augmenter la pression sur le gouvernement du Québec.