Le lanceur Danny Prata a complètement changé la donne alors qu'il est arrivé au monticule en quatrième manche.
Le lanceur Danny Prata a complètement changé la donne alors qu'il est arrivé au monticule en quatrième manche.

Prata mène les siens vers un ultime match

Josée-Anne Sarazin-Côté
La Tribune
C'est comme si les Expos de Sherbrooke avaient joué deux matchs samedi. L'avant et l'après Danny Prata. Quand le lanceur s'est pointé au monticule du Stade Amédée-Roy, en quatrième, le vent a tourné. Les Expos ont remonté un déficit de 6-1 pour finalement l'emporter 7-6 sur le Big Bill de Coaticook, forçant la tenue d'une cinquième partie, dimanche. Le pire dans tout ça? Prata n'avait pas dormi depuis 36 heures.
« Je travaille de nuit, à Montréal. J'ai terminé à 11 h ce matin et François (Lécuyer) m'a appelé pour me dire qu'on jouait à 14 h. Je coachais déjà dans la ligue junior, mais j'ai réussi à venir. C'est pour ça que j'ai seulement lancé à partir de la quatrième. Là, je suis vraiment sur l'adrénaline, mais ça fait 36 heures que je n'ai pas dormi. »
Avant l'arrivée de Prata, Sherbrooke semblait à plat. Puis, l'équipe a commencé à frapper, produisant quatre points en quatrième. Issaël Gonzalez, l'entraîneur, explique que Prata y est un peu pour quelque chose. « Non seulement il a super bien lancé, mais aussi, c'est notre lanceur partant. Quand il est là, ça motive l'équipe, en quelque sorte. Coaticook a profité de nos erreurs lors des deux premières parties, là, c'était à notre tour. »
La magie a également opéré pour Prata. « Après avoir lancé en quatrième, les gars ont produit quatre points. Ça m'a comme donné une tape dans le dos. Ça m'a motivé à bien lancer. Une remontée comme ça et une game comme ça, tu ne perds pas ça. »
En toute fin de septième, le jeune Marc-André Brouillard a frappé le coup sûr nécessaire à la victoire de son équipe. Celui qui évolue encore sur le circuit junior était exalté. De même que toute son équipe. Les célébrations allaient bon train sur le terrain, pendant que Coaticook rentrait rapidement au vestiaire. Reste à voir qui remportera l'éternel duel Expos-Big Bill dimanche, à Coaticook.