La CSRS lance pour une 8e année la campagne « Reste à l'école! ». Serge Audet, le directeur de la Fondation des élèves de CSRS, Fanni Vaillancourt, une élève persévérante, et Gilles Normand, président de la CSRS, étaient réunis pour l'occasion.

Pour que les jeunes restent accrochés

Alors que la rentrée scolaire arrive à grands pas, la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) lance la 8e édition de sa campagne « Reste à l'école! ». Si l'été peut s'avérer une période où les jeunes pensent à décrocher, l'initiative vise à contrer cette tendance.
Dans les prochains jours, ce seront environ 200 élèves de 3e, 4e et 5e secondaire qui seront relancés afin de discuter de leurs projets d'avenir avec des conseillers d'orientation en information scolaire et professionnelle. Une campagne que la Fondation pour les élèves de la CSRS est fière d'appuyer encore cette année.
« C'est pour les encourager et leur donner des choix d'avenir. Et même si des choix ont déjà été faits, on veut leur ouvrir d'autres portes », explique Gilles Normand, président de la CSRS, qui souligne du même souffle les résultats probants des précédentes campagnes. L'année dernière, sur les 105 élèves contactés, un seul a choisi de finalement se diriger vers le marché du travail.
Des publicités sur les réseaux sociaux et sur les autobus de la STS de même qu'une infolettre aux parents se joindront aux appels lancés aux élèves dans le cadre de « Reste à l'école! ».
« Si les intentions de votre jeune concernant la poursuite de ses études vous inquiètent, incitez-les à aller voir un conseiller d'orientation, un intervenant ou la direction de l'école dès la rentrée pour qu'ils puissent envisager les options et les solutions qui s'ouvrent à eux », lançait comme message aux parents M. Normand.
Des élèves ont profité de l'occasion pour partager leur parcours inspirant afin de motiver d'autres jeunes.
« Je trouvais ça dur de voir tout le monde persévérer et pouvoir faire n'importe quoi et arriver à leur but, tandis que moi je bûchais et je ne voyais pas les effets. Je n'ai pas réussi à avoir mon diplôme cette année, mais dès lundi, je recommence au Goéland pour finir mon diplôme, après je vais aller en soins infirmiers », dit Fanni Vaillancourt, dont le parcours scolaire a été perturbé par un diagnostic de TDA.
Pour Samantha Dostie-Veilleux de l'école internationale du Phare, c'est plutôt l'intimidation qui a été un enjeu dans la poursuite de ses études. « Mais malgré mon secondaire 1, 2, 3 et 4, l'intimidation, le décrochage et la motivation que je n'avais plus, je m'en suis sortie et aujourd'hui je suis heureuse, je m'en vais en secondaire 5 et je vais avoir mon diplôme », ajoute-t-elle. Par la suite, elle prévoit faire un DEP en mécanique automobile.
Pour les deux jeunes filles, le soutien des proches et du personnel scolaire a été un atout majeur.
À la CSRS, on attend environ 25 000 élèves pour la rentrée qui aura lieu le 29 août. Pour la Commission scolaire des Sommets, ce sont 8276 élèves qui retourneront sur les bancs d'école le 24 août et à la Commission scolaire des Hauts-Cantons, on compte présentement 6791 inscriptions pour la rentrée du 28 août.