Le Soutien aux hommes agressés sexuellement - Estrie (SHASE) a dévoilé, mardi, sa nouvelle identité de marque et a lancé une campagne de changement social diffusée, dès maintenant, partout à Sherbrooke. Sur la photo : Max Lalonde, porte-parole de l’organisme, Marie Lessard, directrice artistique chez CIBLE et Alexandre Tremblay-Roy, directeur général de SHASE.
Le Soutien aux hommes agressés sexuellement - Estrie (SHASE) a dévoilé, mardi, sa nouvelle identité de marque et a lancé une campagne de changement social diffusée, dès maintenant, partout à Sherbrooke. Sur la photo : Max Lalonde, porte-parole de l’organisme, Marie Lessard, directrice artistique chez CIBLE et Alexandre Tremblay-Roy, directeur général de SHASE.

Pour que les hommes victimes d’agression sexuelle sachent qu’il y a de l’aide

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Le Soutien aux hommes agressés sexuellement - Estrie (SHASE) a dévoilé, mardi, sa nouvelle identité de marque et a lancé une campagne de changement social diffusée, dès maintenant, partout à Sherbrooke.

« Au Québec, au moins un homme sur dix est victime d’agression sexuelle, d’abus ou d’attouchement, mais cela reste encore très tabou, ce qui rend l’accès aux services ardu pour les survivants », a expliqué Max Lalonde, animateur du matin pour Rythme 93.7 - 98.1 et nouveau porte-parole de SHASE. 

« D’entrée de jeu, je veux dire que je n’ai pas été victime d’agression sexuelle et jamais je n’ai eu la prétention d’avoir vécu un sentiment aussi horrible. Par contre, j’ai été l’épaule d’une personne proche qui l’a vécu. C’est en pensant à l’impact que ça l’a eu sur sa vie et au nombre d’années que ça lui a pris pour en parler que j’ai décidé d’embarquer », a noté l’animateur pour expliquer son engagement auprès de l’organisme qui offre des groupes de soutien aux victimes ayant pour but de les conscientiser aux impacts des agressions subies dans l’enfance sur leur vie adulte et à les outiller afin de mieux vivre leur quotidien.

« Aussi, on le sait, les gars ont souvent de la difficulté à parler quand ils ne vont pas bien.  J’ai un fils de 9 mois et je veux qu’il sache qu’il peut me parler quand il ne va pas bien. Même chose pour tous les gens de mon entourage », a ajouté Max Lalonde, qui croit que SHASE mérite plus de visibilité.

« Chez SHASE, chaque année nous sommes en contact avec 125 hommes qui ont vécu une ou plusieurs formes de violences allant du harcèlement à l’agression sexuelle. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg », souligne Alexandre Tremblay-Roy, directeur général de SHASE, qui précise qu’en moyenne, « ça prend 40 ans avant qu’un homme vienne demander de l’aide » et qu’il est essentiel de réduire cette période de silence. 

« La campagne que nous lançons ce matin est née du besoin impératif de rejoindre tous les hommes qui ne se reconnaissent pas actuellement comme victime et ne vont pas chercher d’aide », ajoute-t-il.

La campagne de changement social – tout comme la nouvelle identité de marque de l’organisme – a été réalisée par la firme sherbrookoise CIBLE. Le slogan « OUI j’ai été agressé et je suis un homme » met en lumière qu’au moins une victime d’agression sexuelle sur 10 est un homme et que ceux-ci vivent aussi avec les répercussions de ces violences et ont droit d’être entendus et soutenus.

À la fois provocatrice et naïve, l’affiche montre une personne de face et de dos cachant ses parties intimes sans identifier ni son âge ni son sexe mettant ainsi l’accent sur l’essence de l’agression soit l’absence de consentement. 

« Nous voulions que ce soit une campagne spécifique pour les hommes de toutes orientations, car les messages ne s’adressent jamais à eux en tant que victimes et nous voulons qu’ils se sentent rejoints et qu’on parle de leur réalité », a expliqué M. Tremblay-Roy. 

La campagne sera déployée sur les médias sociaux et en affichage traditionnel à plusieurs endroits stratégiques dans la Ville de Sherbrooke et dans les lieux publics partout en Estrie. Une publicité radio, mettant en vedette Max Lalonde, sera également diffusée durant les prochains mois.