Jonathan Savard a offert lundi dernier un plaidoyer aux élus de Sherbrooke afin de faciliter le vote des étudiants pendant les élections municipales.

Pour des bureaux de vote à l’université

SHERBROOKE — Jonathan Savard, un citoyen qui devient un habitué du conseil municipal, a offert lundi dernier un plaidoyer pour faciliter le vote des étudiants pendant les élections municipales. Il suggère principalement de permettre aux étudiants de voter directement sur le campus où ils étudient.

« Je crois que tout le monde va être d’accord qu’il est important d’augmenter la participation aux élections municipales. Un taux de participation plus élevé signifie une légitimité plus élevée pour vous, les élus. Quand on parle de participation, un des défis à relever à Sherbrooke, c’est de faire voter les jeunes. Mais comment? Un bon défi serait de leur permettre de voter sur les lieux même où ils étudient », propose M. Savard.

« Même si aux élections provinciales il est possible de voter à l’université, peu importe la circonscription dans laquelle ils habitent, ce n’est toujours pas possible au niveau municipal. J’aimerais savoir si vous pensez que de permettre aux membres de la communauté universitaire de voter dans les jours précédant le scrutin, directement à l’Université de Sherbrooke, peu importe le district dans lequel ils habitent, permettrait d’augmenter le taux de participation à Sherbrooke et permettrait d’impliquer les jeunes dans notre démocratie locale. »

Jonathan Savard verrait d’un bon œil que l’initiative s’étende à d’autres pôles d’importance, comme le CHUS.

« Le DGEQ m’indique qu’en matière d’élections municipales, c’est le président d’élection de chaque municipalité qui est responsable de l’organisation et de la tenue du processus électoral. »

La présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, confirme que la décision revient à la présidente d’élection. « Est-ce que nous pouvons en discuter au conseil municipal et donner une directive à la présidente d’analyser cette possibilité? On a suffisamment de temps pour prendre une décision éclairée. Est-ce qu’on ramènera la possibilité de vote électronique, comme c’est discuté au gouvernement du Québec? À ce moment-là, le lieu et la date deviennent secondaires. Il est légitime de poser la question. Il faudra s’en parler et après donner des instructions à la présidente d’élection pour vous revenir avec une réponse. On pourrait aussi en discuter avec l’UMQ parce que d’autres villes ont un campus universitaire. C’est une très bonne question. »