Le conseil municipal de Potton a adopté, lundi soir, une résolution par laquelle il ordonne l’euthanasie des trois chiens qui ont gravement blessé une joggeuse le 29 mars dernier. On aperçoit sur la photo le directeur général du Canton de Potton, Martin Maltais, le maire Jacques Marcoux ainsi que le conseiller municipal Michael Laplume.

Potton: les trois chiens seront euthanasiés

Le conseil municipal du Canton de Potton a adopté une résolution ordonnant l’euthanasie des trois chiens qui ont gravement blessé une joggeuse qui courait sur le chemin de l’Aéroport le 29 mars dernier.

Le conseil municipal de Potton s’est réuni lundi soir, à la mairie du village, afin de discuter du sort des trois chiens qui ont attaqué la joggeuse de 55 ans. Le maire Jacques Marcoux et les six conseillers de la municipalité paraissaient tous sur la même longueur d’onde. Aucun élu n’a demandé le vote, ce qui signifie que la résolution a reçu un appui unanime.

À lire aussi: Potton : la SPA recommande l’euthanasie des chiens

L’assemblée extraordinaire a duré environ 45 minutes. Les citoyens présents ont eu l’occasion de poser des questions et d’effectuer des commentaires. Une minute de silence en appui à la victime, à sa famille et à toutes les personnes affectées par l’attaque a également été observée au début de la rencontre.

Avant de statuer sur le sort des trois chiens, le Canton de Potton avait réclamé une évaluation comportementale des trois animaux à la Société protectrice des animaux de l’Estrie. Cette dernière a constaté qu’ils étaient anormalement agressifs et estimait qu’ils représentaient un danger trop élevé pour être remis à leur maître, Allen Barnes.

M. Barnes n’a pas assisté à l’assemblée de lundi. Mais on lui a offert l’opportunité de s’exprimer devant le conseil municipal et il a décliné l’invitation, affirmant qu’il ne s’opposerait pas à la décision que prendraient les élus.

« Le propriétaire des animaux m’a dit que c’était la santé de la victime qui le préoccupait le plus. Il dormirait plus légèrement depuis l’attaque. Il a vu la victime debout après l’attaque. C’était avant qu’elle s’affaisse au sol tout d’un coup », a raconté Jacques Marcoux.

Dans les jours qui ont suivi l’attaque, Allen Barnes a prétendu que ses chiens n’avaient jamais blessé quiconque. Sa version a cependant été contestée par la suite, des gens ayant révélé avoir été mordus par ceux-ci.

De l’inquiétude

Lundi soir, des citoyens ont posé plusieurs questions au maire de Potton concernant l’attaque perpétrée par les molosses et les mesures que compte mettre en œuvre la municipalité pour éviter une répétition des événements du 29 mars.

Une citoyenne a carrément talonné M. Marcoux lors de l’assemblée. Elle lui a demandé de décrire dans les détails le processus par lequel le Canton de Potton renforcerait sa réglementation portant sur les chiens. « Je marche beaucoup dans le secteur. Je traîne maintenant un spray pour me défendre. Il est arrivé un événement et j’ai commencé à avoir peur. Je suis lasse d’avoir peur », a confessé cette dame.

Un autre citoyen a pour sa part suggéré à la municipalité de réaliser un suivi afin de s’assurer que les trois molosses n’avaient pas engendré des chiots dans les mois ou les années avant l’attaque. « C’est le genre d’événement qui révèle un vice et il y a de grosses chances pour que la tendance agressive soit transmise à la progéniture », a-t-il déclaré.