Dans les scénarios évoqués par le passé, la scène de la place Nikitotek pourrait être déplacée de façon permanente en raison du réaménagement du secteur.

Pont des Grandes-Fourches: un baume au centre-ville

La reconstruction du pont des Grandes-Fourches arrive comme un baume pour les commerçants du centre-ville et la conseillère du district du Lac-des-Nations, Chantal L’Espérance, quelques jours après un échec inattendu dans le dossier Well inc.

Mme L’Espérance se disait extrêmement fière du dénouement des négociations avec le ministère des Transports du Québec. « C’est un coup d’envoi pour dynamiser ce secteur. C’est exactement ce que nous voulions faire. Il ne manquerait qu’un gros projet sur la rue Wellington Sud. »

Lire aussi:  Sherbrooke et Québec s’accordent

Chantal L’Espérance admet qu’il faudra un peu de temps avant de reconstruire le pont, notamment pour la réalisation des plans et devis, pour lancer un appel d’offres et pour réaliser le projet. Il faudra aussi obtenir des certificats d’autorisation du ministère de l’Environnement. « Si nous ne plantons pas de piliers dans la rivière, ça peut procéder un peu plus rapidement. »

Parmi les options étudiées, celle d’un pont signature, donc à l’architecture plus recherchée, pourrait bien avoir été abandonnée en raison des coûts élevés. « Il y a moyen de faire quelque chose de beau sans être somptuaire. Si on avait quelque chose qui ressemble au pont Montcalm, je serais contente. »

Le président de l’Association des gens d’affaires du centre-ville, Alexandre Hurtubise, a appris la nouvelle par les médias. « Je suis 100 % pour le déplacement du pont tel que nous nous y attendions. C’est une autre clé pour la revitalisation du centre-ville. Si on nous annonce n’importe quoi de moins que ça, nous aurons des questions. Notre scénario préféré est celui de redonner les berges aux citoyens. On ne prioriserait pas le statu quo pour de simples motifs économiques. »

Alexandre Hurtubise

M. Hurtubise, copropriétaire de la Maison du cinéma, a hâte de voir le plan final pour connaître l’impact du projet sur ses stationnements, situés de part et d’autre de la rue des Grandes-Fourches. « Il sera important d’informer rapidement les propriétaires de terrains des impacts sur leur propriété. »

Nikitotek déplacée

Dans les scénarios évoqués par le passé, la scène de la place Nikitotek pourrait être déplacée de façon permanente en raison du réaménagement du secteur. Parce que la Ville a bénéficié d’une subvention pour sa construction, elle devrait toutefois demeurer dans le secteur de la gorge de la rivière Magog. À Destination Sherbrooke, la coordonnatrice aux communications, Amélie Boissonneau, dit avoir pris connaissance de cette annonce mardi matin. « Il y aura des discussions dans les prochaines semaines, mais nous n’avons aucune raison de croire que le spectacle de Québec Issime sera perturbé cet été. »

Au Club de curling, dont le bâtiment pourrait être touché par la relocalisation du pont des Grandes-Fourches, le président Claude Lemieux n’avait pas eu vent d’une entente non plus. Il avance toutefois que le club ne quittera pas ses installations tant qu’un nouveau bâtiment ne serait pas construit. « Nous avons travaillé très sérieusement avec la Ville pour le déplacement du Club de curling. Rien n’a été confirmé, mais nous aimerions bien déménager parce que nous connaissons un engouement. Nous avons 240 membres, et à 300, nous serons saturés. »

Le curling serait alors regroupé au centre Julien-Ducharme. Selon les premières estimations, il faudrait huit mois pour construire les nouvelles glaces. Selon M. Lemieux, 500 000 $ avaient été réservés pour réaliser les plans d’aménagement au centre Julien-Ducharme. 

« Notre terrain, nous le donnerions à la Ville. Nous serions partenaires de la nouvelle construction. »