Pont Champlain: le processus en vue de trouver le constructeur s'amorce

Le nouveau pont devant remplacer le pont Champlain sera réalisé en partenariat public-privé, il aura un péage et comportera six voies pour la circulation automobile, un corridor pour un système léger sur rail ainsi qu'une piste pour les piétons et cyclistes.
Ce sont là, en gros, les paramètres que devra respecter l'éventuel constructeur de l'infrastructure qui sera choisi au printemps de 2015 et qui devra livrer le pont aux automobilistes québécois pour 2018.
En faisant le point sur l'état des travaux, mercredi à Montréal, le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel, a toutefois refusé de préciser le coût estimé de l'ouvrage, faisant valoir que cette information devait demeurer confidentielle pour ne pas influencer le processus de soumissions.
M. Lebel a utilisé le même argument pour éviter de s'avancer sur le montant éventuel du péage, se contentant d'indiquer que celui-ci serait comparable à ce que l'on retrouve ailleurs dans la région et que l'hypothèse de 7 $ avancée dans certains médias était exagérée et «hors de question».
Le processus pour trouver le constructeur s'amorcera cet hiver avec des rencontres d'informations destinées à l'industrie.
Au printemps, les intéressés devront présenter un dossier de qualifications et, dès l'été prochain, les firmes qui se seront qualifiées pourront présenter leurs propositions.
Le choix du soumissionnaire retenu sera connu au printemps 2015.
Le processus est ouvert autant aux grands consortiums internationaux que canadiens. Des séances d'information sont toutefois tenues spécifiquement pour les PME québécoises afin qu'elles puissent offrir leur expertise au sein de grands groupes internationaux ou canadiens.