François Legault et Doug Ford en 2018

Vente d’électricité à l’Ontario: Doug Ford ferme la porte au Québec

MISSISSAUGA — Le premier ministre François Legault a beau être un «excellent vendeur», l’Ontario n’achètera pas davantage d’électricité du Québec.

M. Legault a tenté une autre fois de convaincre l’Ontario, mais la porte est fermée «actuellement», selon ce qu’a laissé entendre dimanche son homologue Doug Ford, à Mississauga, dans la région de Toronto.

Il s’est exprimé à ce sujet en marge d’une conférence de presse, où il a annoncé qu’il allait miser sur de petits réacteurs nucléaires modulaires, en collaboration avec les premiers ministres Scott Moe, de Saskatchewan, et Blair Higgs, du Nouveau-Brunswick.

M. Ford a confirmé qu’il a encore parlé d’hydro-électricité lors d’un souper avec M. Legault, vendredi soir à Montréal.

«Bien sûr, il a essayé de me vendre de l’énergie toute la soirée, et il a fait de l’excellent travail», a-t-il commenté en conférence de presse juste avant un souper de tous les premiers ministres des provinces dimanche soir. Ce souper précède un sommet de tous les premiers ministres lundi à Mississauga.

Mais selon M. Ford, le problème est que sa province est en surplus énergétique et non en déficit.

Le premier ministre caquiste essaie de vendre les surplus d’Hydro-Québec à l’Ontario depuis son arrivée au pouvoir l’an dernier, mais son homologue est toujours resté réservé.

En réponse à une question d’un journaliste à savoir si la porte était fermée quant à une entente sur des achats d’électricité du Québec, M. Ford a répondu: «Actuellement, oui.»

M. Legault et son voisin de Terre-Neuve-et-Labrador, Dwight Ball, qui lui aussi veut exporter de l’hydro-électricité, sont d’«excellents vendeurs qui n’abandonnent pas», a commenté M. Ford.

À son arrivée au souper dans un restaurant d’Etobicoke, en banlieue de Toronto, M. Legault a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Le Québec et l’Ontario échangent déjà de l’électricité lors de périodes de pointe. Des ententes ont été conclues en 2014 et 2016.

Centrales nucléaires

Toutefois, le gouvernement caquiste souhaitait écouler encore davantage ses surplus vers le voisin ontarien. L’Ontario doit entreprendre la rénovation à coups de milliards de dollars de ses centrales nucléaires, alors M. Legault estimait qu’il serait plus avantageux pour son partenaire d’acheter l’énergie québécoise.

Or le gouvernement ontarien a fait savoir qu’il préférait investir dans son expertise nucléaire et les emplois que vont créer ces chantiers.