Valoris : rencontre satisfaisante entre Lussier et Lapointe

Le président du conseil d’administration de Valoris Steve Lussier et le vice-président, Robert Roy ont rencontré la mairesse de Cookshire-Eaton Sylvie Lapointe et deux de ses conseillers municipaux en matinée jeudi. Les deux partis ont qualifié la rencontre de satisfaisante, considérant que de nombreuses informations vont émerger le 6 novembre.

Steve Lussier a affirmé aux représentants de Cookshire-Eaton qu’il comprenait très bien les inquiétudes qu’entretiennent les élus et qu’il recevait leurs demandes. Il en a profité pour réitérer solennellement que le tarif du traitement des matières chez Valoris pour les municipalités membres ne changerait pas de l’indexation de 2 % qui avait déjà été annoncée. Il sera donc fixe pour 12 mois à 241 $ la tonne à compter du 1er janvier 2020.

« La rencontre a été constructive, partage M. Lussier. Nous avons parlé de ce que nous pouvons améliorer. Je suis satisfait, nous avons établi des moyens de communication qui pourraient être utilisés à l’avenir. Valoris continue de faire du travail rigoureux pour permettre aux municipalités de planifier la gestion de leurs matières résiduelles de manière responsable. »

« L’équipe en place éclaire le conseil d’administration sur les actions à poser à court, moyen et long terme. C’est fini l’ère de l’improvisation et de la culture de dernière minute, promet-il. Nous savons à quel point il est important pour les municipalités d’avoir la bonne information pour la préparation de leurs budgets. »

Steve Lussier

Plan de redressement présenté le 6 novembre

Valoris en a profité pour annoncer aux représentants de Cookshire-Eaton que le budget et le plan de redressement élaboré au cours des derniers mois seront présentés aux élus le 6 novembre. L’organisme ne présentera pas publiquement les éléments de son budget ou de son plan de redressement tant que les différentes hypothèses n’auront pas été présentées et approuvées par les membres du conseil d’administration.

« Valoris a souvent été accusée d’avoir été trop vite dans certains dossiers, nous ne ferons pas la même erreur deux fois. Les gens en place chez Valoris font un travail remarquable pour nous permettre d’avoir un maximum d’information pour prendre des décisions éclairées. De plus, Valoris n’a jamais donné autant d’informations sur ses opérations, mais il faut être prudent, car Valoris évolue dans un monde industriel », ajoute M. Lussier.

De leur côté, les représentants de Cookshire-Eaton se sont dits satisfaits de la rencontre. Cependant, ils sont conscients du travail qui reste à faire et sont dans l’attente du plan de redressement.

« La promesse de ne pas monter le prix au tonnage était importante pour notre planification financière, confie la mairesse Sylvie Lapointe. On a eu quelques réponses, mais il en manque encore et on attendra au 6 novembre avant de les avoir. Les projections de Valoris semblent bien, ils sont sur une bonne piste. On est satisfait de la rencontre. » 

« Nous considérons que c’est l’un des rôles d’un conseil municipal de surveiller ce qui se fait, autant chez Valoris qu’ailleurs, pour que les intérêts de nos citoyens soient bien représentés, souligne-t-elle. Valoris doit faire ses devoirs le plus rapidement possible, on est optimiste quant à l’avenir. »

Sylvie Lapointe